Affaire Maëlys : soulagement à Pont-de-Beauvoisin après les aveux de Nordhal Lelandais

La jeune Maëlys, 9 ans, disparue dans l'Isère (©Philippe Desmazes - AFP)

Après six mois d’une attente interminable, les parents de la petite Maëlys disparue lors d’un mariage en août dernier ont vu le principal suspect, Nordhal Lelandais, passer aux aveux mercredi en assurant avoir tué "par accident" la jeune fille. Un aveu qui soulage les habitants.

Une recherche interminable, une enquête qui s’était enlisée, puis l’arrestation d’un suspect, et enfin ses aveux. Ce mercredi 14 février, Nordahl Lelandais a reconnu avoir tué – par accident selon lui – la petite Maëlys, jeune fille âgée de 9 ans disparue lors d'un mariage dans la nuit du 26 au 27 août dernier. L'ancien militaire a conduit les enquêteurs jusqu'à ses ossements dans le massif de la Chartreuse (Isère). À Pont-de-Beauvoisin, là où se déroulait le mariage, certains habitants font part aujourd’hui de leur soulagement. C’est le cas notamment d’Élisabeth, responsable du café Le Carouge.

"Ouf… Enfin, quoi ! C’est une horreur, mais on l’attendait depuis le début, ce moment ! Ça fait je ne sais pas combien de temps que ça dure, cette histoire… Je me rends compte maintenant que j’espérais qu’elle soit encore vivante, même si elle devait vivre des trucs atroces si elle l’était. Là, au moins, les gens vont enfin pouvoir faire leur deuil", assure-t-elle au micro de Sud Radio.

Alors que Nordahl Lelandais est également mis en examen pour l'assassinat, en avril 2017, d'Arthur Noyer, caporal et chasseur alpin, l'avocat de sa famille, Me Bernard Boulloud, espère désormais d'autres aveux. "Ça apporte une lueur d’espoir dans le dossier d’Arthur Noyer, dans la mesure où ce changement de stratégie de défense est rassurant pour nous. Peut-être que ça va le libérer, car il est plus facile d’avouer le meurtre d’un adulte que celui d’un enfant. Il faut qu’on sache qui l’a assassiné, mais également comment ça s’est passé. Tant qu’on ne sait pas tout ça, on reste sur notre faim...", confie-t-il.

Propos recueillis par Steven Gouaillier

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio