Territoires d'Infos

Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse


Pour Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse, la France accueillera "bien plus" que les 24 000 réfugiés annoncés. Elle invoque "la folie de l'espace Schengen" et "l'erreur" d'Angela Merkel qui a ouvert les bras aux populations fuyant la guerre en Syrie.

La France s'est engagée à accueillir 24 000 réfugiés en deux ans, pour faire face à l'afflux de populations qui fuient le conflit en Irak ou en Syrie."C'est 24 000 selon les chiffres français mais ce sera bien plus en réalité, annonce Marion Maréchal-Le Pen, invitée politique de Christophe Bordet sur Sud Radio. Ce sont des centaines de milliers de personnes qui pourraient être accueillies. Il faut savoir que les demandeurs d'asile, une fois acceptés ont droit au regroupement familial, qui s'ajoutent aux immigrés clandestins et à l'immigration légale qu'on a déjà du mal à absorber, à loger et à entretenir."

"Indispensable de suspendre temporairement l'espace Schengen"

"Ces gens arrivent dans des proportions immenses parce qu'on leur explique qu'ils sont les bienvenus, poursuit la candidate FN aux régionales en PACA. Nous payons la folie de l'espace Schengen. Bien sûr qu'Angela Merkel a fait une erreur. C'est bien gentil de dire que l'Allemagne va accueillir des centaines de milliers de réfugiés. Mais une fois qu'ils sont dans l'espace Schengen, que l'Allemagne a traité les dossiers et les a régularisés, ils sont libres d'aller partout, y compris en France. C'est pour ça qu'il est indispensable de suspendre temporairement l'espace Schengen."Plus que ces chiffres, ce sont surtout les annonces qui ont été faites, notamment sur les logements qui seront mobilisés pour l'accueil de ces réfugiés, que la députée FN du Vaucluse trouve "surprenantes" : "Il y a plus d'un million de personnes qui sont en attente de logements sociaux dans ce pays. Là, pour le coup, on arrive à trouver des logements vides pendant que les autres, en particulier des Français, attendent depuis des mois avec leur gamins d'obtenir ces logements."

"Nous assistons à un remplacement de population"

Si elle invoque des raisons financières pour expliquer la nécessité de contrôler les flux migratoires, Marion Maréchal-Le Pen avance également des arguments concernant la menace que représentent ces réfugiés pour la France : "Force est de constater, je le vois dans ma région, que l'immigration entraîne des conséquences sociales, économiques, sécuritaires, qui doivent être prises en compte. On voit même un phénomène de désassimilation de Français qui en viennent à mépriser notre pays (...) Nous sommes un peuple héritier d'une histoire, d'une civilisation. Lorsqu'on change ce peuple, on change ce qui fait sa spécificité. Nous assistons aujourd'hui, dans une partie du territoire, à un remplacement de population, donc de culture, qui crée des tensions considérables et qui n'est pas souhaitable pour le bien-être de nos concitoyens."

Ecoutez l'interview de Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse et candidate aux régionales en PACA, invitée politique de Christophe Bordet sur Sud Radio.