Réforme de la Constitution : bras de fer en coulisses entre Macron et les élus

Emmanuel Macron s’est adressé au bureau des deux assemblées pour leur adresser ses vœux pour la nouvelle année. Avec un message bien précis aux élus : il va falloir se résoudre à changer de fonctionnement.

Thumbnail

Début février, on range les galettes des rois et les formules de vœux, mais pas les commémorations, véritable sport national français. Et cette année, c’est le grand huit ! Pour les amateurs de Trivial Pursuit, il y aura mai 68 (la vraie-fausse révolution française), la fin de la Première Guerre mondiale et l’anniversaire de la Constitution de 1958 ! Or, c’est justement cette année que le Président lance une grande réforme de la Constitution : moins de parlementaires, suppression de la Cour de justice de la République, limitation des mandats…

Autant de mesures qui ne vont pas pour autant rendre la vie démocratique plus facile. Il sera par exemple peut-être plus difficile de voir son député quand on le veut ou de trouver des volontaires pour diriger des communes. Ces questions sont l’enjeu d’un bras de fer assez âpre en coulisses avec le président du Sénat car il détient la clé. Pour changer la Constitution, il faut réunir 3/5ème des parlementaires, il y a donc un vrai rapport de force avec Macron.

Or, Gérard Larcher est l’as du poker politique! Récemment, devant des sénateurs centristes, il a dit qu’un accord était possible avec Macron. Il apprécie le Président, on le sait depuis longtemps. Le bluff d’un référendum sert à faire peur car on sait à quel point ce scrutin est toujours dangereux, mais en réalité Larcher veut que ça se passe bien. La question est la suivante : a-t-on besoin de toucher à la Constitution, ou Macron en a-t-il besoin pour asseoir son sceau sur la République en en faisant une 5,5ème République... ?

Réécoutez en podcast l’édito de Michaël Darmon dans le Grand Matin Sud Radio