Normandie, Moselle… Emmanuel Macron part à la conquête de la ruralité

La présence d’Emmanuel Macron dans l’Orne ce jeudi pour une intervention télévisée n’est que le point de départ d’une stratégie assumée par l’Élysée de conquête de la France rurale.

Emmanuel Macron (©Dimitar Dilkoff - AFP)

"À la conquête des nouveaux territoires pour le macronisme" pourrait être le sous-titre des prochaines semaines de l’agenda présidentiel. On commence maintenant à comprendre la raison pour laquelle on m’avait expliqué il y a quelques temps que le Président avait donné pour consigne de lui dégager du temps pour des rencontres et des visites sur le territoire. Objectif : raffermir ce contact avec la France rurale, ratisser la France des décrochés et des décrochages, la France dite périphérique où se nourrit le sentiment de déclassement le long de ces banlieues sans âme à l’écart des métropoles.

Après l’Orne et l’interview télévisée, ce sera le 17 avril une rencontre avec des Français quelque part dans un village de Moselle pour parler d’Europe. Et là, on sera aux antipodes d’une interview classique ! Dans une salle, le président répondra sans médiateur aux interpellations des Français qui voudront venir. Un forum citoyen sur la question européenne, en quelque sorte. Auparavant, il aura répondu aux questions des députés européens à Strasbourg.

Il s’agit de parler aux Français peu convaincus ou peu concernés par les plaidoyers d’Emmanuel Macron pour la réussite, l’ambition, etc. Il lit les sondages de près : il voit depuis quelques temps que les classes populaires et les classes moyennes décrochent et il cherche une forme de réponse. Un an après l’élection présidentielle, les conditions politiques restent bien présentes : des millions d’électeurs n’ont pas voulu choisir Macron, et il le sait. "Je n’oublie pas que je suis là par effraction", dit-il. Dont acte. Les réformes s’accélèrent. La SNCF et le statut des cheminots ? Une mise en bouche en attendant la suite. La réforme des retraites et de la fonction publique seront encore plus dures ! Face aux résistances, Macron décide d’accélérer et d’expliquer. Il doit reprendre le contrôle de son récit, que certains ministres, trop techniques, trop novices ou trop absents, ne portent pas suffisamment.

Un an après son élection et avec tous ces chantiers ouverts, Jupiter est obligé de devenir Hercule.

Réécoutez en podcast l’édito de Michaël Darmon dans le Grand Matin Sud Radio