Les chiens des Anglais : victimes collatérales du Brexit

Les chiens des Anglais seraient victimes du Brexit, c’est sérieux ?

C’est une des conséquences inattendues du Brexit. Le site hotels.com vient de communiquer sur ce problème. On sait que le tourisme est en train de changer. De même qu’il y a quelques années on a développé le tourisme familial car les gens voulaient partir avec leurs enfants, aujourd’hui on voit une augmentation des recherches d’hôtels acceptant les animaux, une augmentation très importante - de 85% en France et 65% en Angleterre. En priorité bien sûr, les chiens mais aussi les chats et les furets.

Quel rapport avec le Brexit ?

Les papiers ! Les Anglais ne pourront plus venir en vacances en France sans passeport mais ce sera la même chose pour leur animal, pour vérifier qu’il est bien à eux, qu’il est vacciné, etc. Or, les études montrent que les Anglais n’ont pas encore compris que cela leur poserait pas mal de problèmes. Ils adorent les animaux et 34% d’entre eux partent avec leur ami à poils et même choisissent leur lieu de vacances en fonction de lui. Et ils ne rigolent pas ! Dans leurs valises par exemple, ils disent emporter la couverture préférée du chien, ses jouets, ses paquets de croquettes préférées et même des émissions de TV qu’ils aiment et qu’ils téléchargent sur leur téléphone ! Ça veut donc dire que ces 34% ne quitteront sans doute plus - ou moins - l’Angleterre.

Que faire ?

Hotels.com en profite pour se faire un petit coup de pub en lançant un programme en Angleterre qui s’appelle « Toutous ». Au South Place Hotel en plein Londres, les Anglais pourront venir avec leur chien pour se croire à Paris, à Rome ou à Munich avec décor, bière ou vin rouge. Bref, on n’a pas fini de voir des dérivés étonnants dûs au Brexit !