La Cour des comptes ne croit pas au budget du gouvernement

Le président de la Cour des comptes Didier Migaud assure que l’amélioration de la situation économique actuelle est avant tout due à la conjoncture internationale. L’instance ne croit par ailleurs pas vraiment au budget du gouvernement.

Thumbnail

"Réduire le déficit public repose sur un pari fort", dit le rapport. "Tout repose sur l’hypothèse, par nature incertaine, du maintien du rythme actuel de croissance sur toute la période du mandat d’Emmanuel Macron". Voilà, c'est dit : si la France parvient à passer sous la barre des 3% de déficit rapporté au PIB, mais surtout à atteindre l’objectif un peu fou de 0,3% de déficit public en 2022, ce sera donc d’abord grâce à la croissance mondiale. Pour Didier Migaud et ses rapporteurs, le rééquilibrage des comptes est insuffisant, les mesures d’économies (ou plutôt les hypothèses d’économies) sont floues et il faut les affermir, et les concrétiser.

Un peu plus loin dans le rapport, on parle encore d’effort de "freinage" de la dépense publique. Un freinage qui arrive trop tard, en 2019 d’après le rapport, et encore, ce n’est qu’une promesse pour l’instant.

Didier Migaud s’est excusé, si l’on peut dire, lors de la présentation du rapport, en disant qu’il avait conscience que son message pouvait paraître répétitif. Mais il est vrai que les magistrats de la Cour des comptes constatent tous les ans la même chose : on leur promet des économies, mais celles-ci ne sont pas détaillées. On leur promet plus de recettes fiscales (8 milliards en plus pour cette année) mais en même temps, on annonce aux Français que les impôts et les prélèvements vont baisser. Le plan de départ de 120 000 fonctionnaires, sur la base du volontariat peut-être ? "Déclaration d’intention", répond Didier Migaud, "et la cour ne juge pas les intentions". 

Enfin, dernier écueil – et de taille – relevé par la Cour des comptes : une grosse partie des économies annoncées par le gouvernement pèse sur les collectivités locales. Hypothèse "peu vraisemblable" selon l’institution.

En résumé : on attend de voir, et surtout on ne se fera pas avoir. 

Réécoutez en podcast l’édito de Jean-Baptiste Giraud dans le Grand Matin Sud Radio