Enterrer son slip !

La nouvelle mode chez les agriculteurs serait d’enterrer son slip, c’est bien sérieux ?

C’est en effet une mode étrange qui a démarré au Canada. De façon très sérieuse puisque c’est en 2015 que le ministère de l’Agriculture de l’Ontario a lancé cette méthode agricole peu orthodoxe. Depuis, la méthode a fait des émules aux États-Unis, en Angleterre, en Belgique et en France. Dans la Marne, la chambre d’agriculture a même lancé un concours, on devait enterrer son slip avant le 2 juin, il faudra le déterrer entre le 12 et le 19 août et un jury élira le slip le plus dégradé avec une remise du clip d’’or pendant la foire de Châlons.

L’idée est très drôle mais à part nous faire rire, elle sert à quoi ? Cela a une utilité, celle de tester la qualité du sol. On sait qu’un sol riche est bourré de bactéries et de champignons qui ingèrent les matières organiques et les restituent en digérant. Or les bactéries ne font pas la différence entre le carbone du sol et celui qui est dans le coton d’un slip.

Du coup, si après quelques semaines dans la terre, votre slip est très abîmé, cela signifie que votre sol a une activité biologique intense et donc qu’il est riche. Ca paraît un peu léger comme méthode non ?

Non c’est assez fiable, bien sûr, ça ne remplace pas un test en laboratoire, mais c’est beaucoup moins cher, ça ne coûte qu’un vieux slip (on évite les strings, il n’y a pas assez de tissu) et ça permet, à une époque où on a oublié ce qu’est un vrai sol, de comprendre les ravages de l’agriculture intensive, la pollution et l’artificialisation des sols. Et c’est une façon marrante de sensibiliser nos agriculteurs à cet élément primordial qu’on a oublié : un sol sain. Ca vaut le coup de sacrifier un slip !