Échangez vos vêtements d’occasion dans des foires !

Une des dernières modes sont les "free troc party", des foires pour s’échanger des objets ou des vêtements, c’est sérieux ?

Les modes passent et repassent, se font et se défont. Ce qui pouvait sembler ringard il y a 10 ans devient le top du top et en effet dans notre société de surconsommation où nos armoires croulent sous des vêtements que l’on ne met pas (70% de nos vêtements ne sont jamais portés selon une enquête de Novethic) et où nos appartements sont encombrés d’objets souvent inutiles, l’heure est à la prise de conscience et au changement. Parce que tout ça coûte cher et que nous avons moins de moyens, mais aussi parce que tout ça pollue et participe à une fièvre acheteuse devenue ridicule, les mentalités évoluent.  En 2018, 44% des Français affirment avoir acheté moins de vêtements que lors des années précédentes, selon l'Institut français de la mode (IFM) dont 40% pour des questions éthiques. Du coup, la foire aux échanges devient le must. Les soldes marchent moins bien car pourquoi acheter encore et encore ? Il vaut mieux échanger et consommer sans argent.  

Et ça concerne quasiment tout le monde. Par contre les free troc party de vêtements attirent plutôt des jeunes femmes de 25 à 35 ans qui aiment la mode. Mais justement parce que la mode est un secteur très décrié depuis quelques années. C’est la deuxième industrie la plus polluante au monde derrière le pétrole, en terme de gaz à effet de serre, d'après le site Ecowatch. La fourrure, les peaux et le cuir posent de graves problèmes de maltraitance animale. Sans oublier les mauvais traitements des salariés à l’étranger, on se souvient notamment du drame du Rana Plaza en 2013, cet immeuble du Bangladesh qui abritait des ateliers de confections de Benetton, Primark, Walmart ou Mango. Toutes ces dérives de la "fast fashion" ont incité les consommateurs à se tourner vers des alternatives comme ces Free Troc Party organisées par le site paris-friendly.fr tous les 3 mois depuis 11 ans et qui ont un succès croissant.

 Sur place, c'est très simple, vous vous êtes inscrits et vous arrivez avec vos objets et vêtements. Tout est libre et gratuit, à vous de trouver d’autres objets ou non, chacun fait ce qu’il veut. C’est aussi ce côté facile et convivial qui plaît. Du coup, Emmaüs, un des pionniers, profite du mouvement et a une boutique en ligne Label Emmaüs où vous trouvez une sélection à des prix imbattables, qui permettent à des personnes en insertion d’avoir un boulot. Emmaüs a lancé une campagne d'investissement participatif sur LITA.co jusqu’à fin janvier. Quelques jours encore pour les aider et trouver sur leur site de jolies fripes !