À Montpellier, un bar qui facture ses clients à l’heure et non à la consommation

Nous parlions l’autre jour des bistrots qui disparaissent mais certains renouvellent l’offre comme celui-ci qui fait payer non pas au verre mais à l’heure, est-ce bien sérieux ?

C’est l’idée astucieuse d’un bar de Montpellier qui, pour éviter les abus, a fixé une limite. Vous le savez dès l’entrée où s’affiche ce nouveau concept appelé « Colok » ; pas pour trouver des colocataires mais pour consommer différemment : « Ne payez pas au verre mais au temps resté ». Dans le Parisien, le patron explique qu’il existe déjà des cafés qui font ça en France mais qu’ils ne servent pas d’alcool. Quand vous arrivez au bar, vous donnez votre nom et vous payez à la fin, tout simple !

 

Mais ça peut inciter les gens à boire plus vite ce qui n’est pas très bon…

 

Vous avez raison et la direction a tout prévu : on ne peut pas prendre plus de 6 verres par heure et par personne ce qui est déjà un bon rythme pour lever le coude ! Et pour éviter que les gens se saoulent, on propose un petit buffet de grignotage à volonté pour manger correctement. Mais le patron explique que les gens ne viennent pas pour ça, ceux qui aiment cette formule sont des gens qui n’ont pas trop d’argent et qui aiment cette autre façon de consommer, plus « comme à la maison » avec des offres gratuites.

 

Par exemple ?

 

Des jeux de société, des jeux vidéo, un espace co-working pour travailler, du coup ça devient un espace de vie et beaucoup d’étudiants viennent car ils apprécient ne pas avoir à payer pour chaque consommation. Ils viennent réviser en prenant juste un café. Cela dit de nombreux bistrots offrent de plus en plus de type de service mais c’est la première fois qu’on l’officialise. Est-ce que cela va se généraliser ? En transformant notre bon vieux bistrot en lieu où l’on peut tout faire, bosser, jouer, bouquiner sans se ruiner…