• « l’impact de la canicule sur l’économie »

    Soumis par MargauxS le Lundi 24 juin 2019 à 10:24
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    C’est la canicule. Mais est-ce qu’un tel phénomène a beaucoup d’impact sur l’économie ?

    Alors Yves, c’est la canicule. Mais est-ce qu’un tel phénomène a beaucoup d’impact sur l’économie ? Vous imaginez bien qu’une chaleur étouffante comme celle que va connaitre la France toute cette semaine a des effets sur
    l’activité. Lors de la grande canicule de 2003, un rapport sénatorial avait chiffré de 15 à 30 mds d’euros l’impact négatif sur la croissance (0,1 à 0,2 % PIB).

    Ce qui est certain c’est que l’activité va ralentir dans certains secteurs. Les plus concernés sont le bâtiment et les TP, les transports, l’agriculture, mais aussi la restauration, la boulangerie, ou les emplois saisonniers.D’ailleurs dans le plan canicule ces entreprises sont invitées à adapter leur organisation de travail. Dans le bâtiment par exemple, les jours de canicule, les entreprises peuvent bénéficier des «congés intempéries». Ce qui permet de rémunérer partiellement les salariés lorsque le chantier sur lequel ils sont censés travailler est fermé pour cause de météo. Et puis, dans les transports aérien et ferroviaire, les fortes chaleurs peuvent affecter le matériel, ce qui risque d’entraîner des retards.

    Sur la production, il y a bien un effet. Et sur la consommation ?

    L’expérience a démontré que lors des épisodes caniculaires, les gens ne sortent pas sauf pour aller dans des centres commerciaux climatisés. Le problème, cette semaine, c’est que les soldes débutent mercredi prochain, le 26 juin. Pour mémoire, en août 2003, les achats de vêtements avaient régressé de 8,3% sur un mois.

    En revanche, tout ça va faire le bonheur des vendeurs de ventilateurs et climatiseurs. Samedi dernier on constatait déjà
    des ruptures de stocks. Chez Fnac Darty on enregistre déjà un doublement des ventes de climatiseurs par rapport à 2018.
    C’est aussi une aubaine pour les vendeurs de boissons ou de glaces aux terrasses des cafés. On estime qu’au-delà de 25°C, chaque degré supplémentaire entraîne une hausse de 5% à 7% du volume des ventes. Il reste que dans un pays tempéré comme la France où nous n’avons pas l’habitude de ces fortes chaleurs, la productivité chute dans les bureaux. Donc oui l’économie va souffrir cette semaine autant que tous les français.

    FacebookTwitter
  • Bernard Arnault, toujours plus riche.

    Soumis par MargauxS le Jeudi 20 juin 2019 à 11:47
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    Alors Yves, Bernard Arnault vient de devenir la troisième fortune de la planète, avec 100 milliards de dollars. C’est colossal ?

    Oui Patrick, c’est absolument énorme. Il est effectivement le troisième homme le plus riche du monde. Mais en plus de cela il est tout près des deux premiers qui sont Jeff Bezos, le patron d’Amazon, et Bill Gates, le fondateur de
    Microsoft.

    Pourquoi ce changement de statut ? Tout simplement parce que l’essentiel du patrimoine de Bernard Arnault est fait de ses titres LVMH. Or le groupe de luxe a vu son titre progresser de 43 % depuis le début de l’année et il est à son plus haut historique.

    LVMH est maintenant de très loin, le groupe français le plus cher avec une valorisation de 180 milliards d’euros. Et tous les experts prédisent une nouvelle hausse à venir de LVMH qui connait un très bon début d’année avec toutes ses marques.Il faut dire que dans cette période pleine d’incertitude, c’est un groupe qui rassure. Et qui rassure davantage que les groupes  de haute technologie

    Donc la fortune de Bernard Arnault devrait encore s’accroître ?

    Oui je fais le pari devant vous ici qu’il sera sans doute l’homme le plus riche du monde d’ici un à deux ans. D’abord parce que LVMH va vite dépasser les 200 milliards de valeur boursière en raison de ses bons résultats. Ensuite parce que la high tech américaine est surévaluée par rapport à ses bénéfices réels et que les titres Amazon et Microsoft vont baisser. Enfin parce que Bernard Arnault a un très gros avantage. C’est que toute sa fortune est constituée par sa participation dans LVMH

    Il pourrait très bien s’arrêter, et vivre de ses rentes comme Bill Gates. Non c’est lui qui continue à piloter LVMH et à en accroitre la valeur. Pour lui, c’est un plaisir que de faire croitre LVMH, c’est une sorte de hobby. Quand d’autres s’achèteraient une belle maison à Saint Bart…Et la fortune n’est pas un but en soi pour Bernard Arnault. D’autant que 100 milliards de dollars c’est totalement abstrait. Ca représente une fois et demi l’impôt sur le revenu payé par tous les français. Mais ca montre surtout que la France n’est pas que le pays de Mélenchon. C’est aussi celui de capitaines d’industrie que le monde entier nous envie.

    FacebookTwitter
  • « Facebook se lance dans la crypto-monnaie ! »

    Soumis par MargauxS le Mercredi 19 juin 2019 à 14:03
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    Facebook a annoncé hier son intention de lancer en 2020 sa propre monnaie électronique, le libra. De quoi s’agit-il ?

    Je ne sais pas s’il faut parler d’une monnaie. Mais en tout cas d’un moyen de paiement électronique.

    Bien sûr certains auraient envie de comparer ca au bitcoin. Mais le Libra sera adossé aux quatre plus grandes monnaies mondiales. Et il servira aux abonnés de Facebook pour réaliser toutes sortes d’achat. D’ailleurs, le projet a été monté par le créateur de PayPal. Donc avec ce Libra il sera possible de transférer de l’argent à quelqu’un par un message Whats’app, sans frais de transfert.

    Mais pour Facebook, c’est surtout le moyen de recréer autour de lui un éco-système avec des sites comme Uber, EBay ou Spotify. En fait tout cela existe déjà en Chine avec WeChat et c’est ce qui fait que l’argent physique doit disparaitre là-bas d’ici trois ans. Avec le Libra, ce n’est pas sûr qu’on assiste au même mouvement, puisqu’on pourra acheter du Libra, dans certaines banques.

    Peut-on faire confiance au Libra avec ce qui est arrivé à Facebook ?

    Alors premier point : le Libra ne sera pas une monnaie gérée par Facebook, mais par la Libra Association Il s’agit d’une association à but non lucratif basée à Genève où l’on retrouve Visa, Mastercard, uber, mais aussi Iliad, le groupe de Niel. Facebook fera partie de cette association, par l’intermédiaire de sa filiale Calibra, créée pour l’occasion. Mais sans pouvoir particulier

    Le second point important : que deviendront les données liées à tous les achats ou transferts d’argent ? Officiellement Facebook a assuré que les données du réseau social et celles liées au Libra seront séparées. Par ailleurs le groupe s’est engagé à ne pas partager les données sans le consentement des utilisateurs. C’est là le hic. Car on a vu par le passé que Facebook revendait des données avec une facilité et une mauvaise foi déconcertantes. Reste le troisième point : celui de la sécurité. Pour l’instant Facebook n’en parle pas. Que deviendra le libra après le premier piratage ?

    Autant dire que Facebook va devenir avec le Libra encore plus puissant, mais aussi encore plus vunérable…

    FacebookTwitter
  • « Patrick Drahi rachète Sotheby’s ! »

    Soumis par MargauxS le Mardi 18 juin 2019 à 12:05
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    On a appris hier que Patrick Drahi, le propriétaire d’Altice, donc de SFR, s’était offert la maison de vente aux enchères Sotheby’s.

    C’est un petit cadeau qu’il s’est offert pour la bagatelle de 3,7 milliards de dollars – c’est-à-dire : 3,3 milliards d’euros

    Il va retirer Sotheby’s de la cote en offrant aux actionnaires un prix supérieur de 61 % au cours de bourse. Tout cela laisse songeur, alors que Patrick Drahi a accumulé aux etats-Unis comme en Europe, plus de 50 milliards d’euros
    de dettes. D’après ce que l’on sait il va donc encore s’endetter auprès de BNP Paribas pour faire une opération qui n’a rien à voir avec les télécoms.

    Cela prouve que certains patrons très rationnels – je vous rappelle que Patrick Drahi est polytechnicien – peuvent s’emballer pour un actif à part. Or Sotheby’s n’a qu’un seul concurrent dans le monde, c’est Christie’s qui appartient à François Pinault. C’est Christie’s qui domine le marché avec 7 milliards de dollars d’enchères, contre 6,3 milliards pour Sotheby’s

    Quel est donc l’intérêt de Patrick Drahi d’acheter Sotheby’s. Écoutez Patrick, il y en a plusieurs. D’abord Sotheby’s c’est une marque mondiale comme il en existe peu, aussi connue à Shanghai qu’à Paris. Ensuite Patrick Drahi a peu de passions connues : mais c’est un grand collectionneur d’art comme Bernard Arnault et François Pinault. Et puis enfin achetez Sotheby’s c’est faire un pari sur la croissance des très grandes fortunes qui s’accroit d’année en année. N’oubliez pas que le Prince Mohammed Ben Salmane s’est offert un tableau de Leonard de Vinci chez Christie’s pour 450 millions de $. Être le propriétaire de Sotheby’s c’est le plus sûr moyen de parler aux gens les plus riches de la planète, voire de leur rendre service. En attendant, même si on ne sait jamais très bien où habite Patrick Drahi, il est heureux que Sotheby’s et Christie’s appartiennent à 2 français. Le marché de l’art, par son histoire, par sa richesse et par sa diversité est une spécialité bien française, comme le luxe.  Et maintenant il faut s’attendre à une très belle guerre d’egos, mais surtout d’enchères entre Sotheby’s et Christie’s ou Drahi et Pinault.

    FacebookTwitter
  • Le salon du Bourget ouvre ses portes, et c’est bon pour l’économie !

    Soumis par MargauxS le Lundi 17 juin 2019 à 11:01
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    C’est ce matin qu’ouvre le Salon du Bourget qui est un évènement pour l’aéronautique mais aussi pour toute l’économie française ?

    Ce salon qui a lieu tous les deux ans est le plus grand événement aéronautique du monde. Et à la différence du salon de l’automobile le nombre d’exposants augmente. Ça fait huit mois que tous les chalets sont vendus.

    On ne compte que trois absents de taille : l'américain Northrop Grumman, le britannique BAe Systems et ArianeGroup.  Mais tenez-vous bien il y aura cette année 2.453 exposants, soit près de 40% de plus qu'au salon britannique de Farnborough, le grand rival.

    Du coup, la construction des 335 chalets et des milliers de stands ont nécessité six mois et 2 millions d'heures de travail pour 18.000 ouvriers

    Le salon du Bourget devient pour quelques jours une ville éphémère de 20.000 habitants, sur un site de 75 hectares.

    Le tout sous haute surveillance avec 2.000 agents de sécurité, l'armée de l'air et ses systèmes de défense et des commandos des forces spéciales.

    Surtout pendant ce salon les industriels vont faire des affaires ? Écoutez, c’est le but. C’est ce qui justifie la présence de 13 ministres et de 290 délégations étrangères. Je vous rappelle que lors de la dernière édition, les transactions
    avaient atteint 150 milliards de dollars. Et cette année on attend une très belle moisson de contrats, notamment pour Airbus à un moment où Boeing est handicapé.

    Et puis ce salon est aussi une manne financière énorme pour la fédération professionnelle de l'aéronautique et de l'espace, qui organise le Bourget. Les chalets sont commercialisés à partir de 35.000 euros hors taxes. Pour avoir un étage en plus, il faut compter 73.000 euros au moins.

    Selon nos informations, le coût total du dispositif de Thales atteint près de 5 millions d'euros, dont un million d';euros pour l'emplacement seul. Et puis avec 140.000 visiteurs professionnels prévus, le salon est aussi un jackpot pour les traiteurs, les sociétés de limousines, ou les hôteliers.

    Globalement on estime à 400 millions d’euros les retombées économiques du Bourget estimait avec 5.000 emplois directs ou indirects. On comprend, dans ces conditions que le Chef de l’État prenne le temps de l’inaugurer ce matin avant d’être suivi par le Premier ministre.

    FacebookTwitter
  • Edouard Philippe n’a rien annoncé pour les finances publiques.

    Soumis par MargauxS le Jeudi 13 juin 2019 à 17:23
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    Alors Yves Edouard Philippe a fait hier un discours très complet. Sauf en matière de finances publiques d’après vous ?

    Oui il a évoqué plein de sujets très différents de l’écologie, à la PMA, en passant par les institutions et la retraite.

    Mais pas un mot sur la dépense publique, dont tout le monde voudrait la voir baisser, car elle est à un niveau historique.Bien sûr il a dit qu’il allait s’attaquer à certaines niches fiscales, mais simplement pour financer les nouvelles baisses d’impôts.

    Mais tout ça, c’est du très court terme, alors que le gouverneur de la Banque a averti hier que la dette allait atteindre un record cette année. Mais le pire c’est qu’Edouard Philippe semble prendre plaisir à s’affranchir des contraintes financières. Puisqu’il a déclaré : La responsabilité politique, c’est de mettre en œuvre des principes et, en même temps, de respecter le réel. C’est le choix d’une grande nation, qui veut maîtriser son destin. Sauf qu’à un moment ou à un autre la réalité budgétaire se rappelle à notre bon souvenir, surtout si les taux d’intérêt remontent.

    Mais peut-on vraiment toucher à la dépense publique après la crise des gilets jaunes ?

    C’est exactement la question qu’Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont dû se poser en répondant par la négative. Le grand débat national a montré que les français voulaient plus de services publics, plus près de chez eux et davantage disponibles.

    D’où l’idée de créer dans chaque canton des maisons de services au public, qui demandent des moyens importants. Tout cela est contraire avec l’idée de diminuer le nombre des fonctionnaires ; promesse abandonnée en rase campagne. Alors la dépense publique, c’est abstrait, pour vous, pour moi, pour les auditeurs. Sauf lorsqu’on rappelle qu’elle est financée par nos impôts.

    A ce moment là les français y deviennent plus sensibles, surtout après six mois de démonstration du ras-le-bol fiscal. Mais pour s’y attaquer, il faut du courage. Or comme disait Jules Renard : « Le véritable courage consiste à être courageux précisément quand on ne l'est pas.”

    FacebookTwitter
  • Trump veut taxer le vin français !

    Soumis par MargauxS le Mercredi 12 juin 2019 à 15:17
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    Alors Yves après les voitures allemandes, Donald a décidé de s’en prendre au vin français qu’il veut taxer. C’est vraiment la guerre ?

    Pas encore. Avec Donald Trump, il y a des surprises, mais il a dénoncé sur CNBC que « la France taxe le vin et nous taxons
    peu le vin français ». Donald Trump ne boit pas une goutte d’alcool mais il veut défendre les viticulteurs américains qui se plaignent de
    l’invasion des vins français. Et donc il a assuré qu’il préparait quelque chose pour lutter contre cela. Mais peut-être ce n’est que du bluff.

    En fait le Président américain a pour habitude de regarder comment se situent les échanges globaux avec tel ou tel pays.

    Or avec la France le déficit commercial américain s’établit à près de 16 milliards de dollars. Et ça c’est insupportable pour Donald Trump.
    Déjà au mois de novembre dernier il s’était élevé contre les lourdes taxes douanières que les vins américains doivent payer en arrivant en France. Ce qui est une contre-vérité, car il s’agit d’une taxe européenne que notre pays ne perçoit absolument pas.

    Par ailleurs ces taxes s’étagent entre 11 et 29 cents. Comparées au prix d’une bouteille de vin californien, c’est minime, voire ridicule. Alors va-t-il déclencher la guerre du vin ou s’en tenir à quelques tweets ?

    Ce qui est sûr c’est que ces déclarations ne tombent pas par hasard carles Etats-Unis et l'Union européenne doivent engager
    des négociations. Mais pour l'heure, Bruxelles, qui mène seul les discussions, ne veut pas inclure le secteur agricole dans ces discussions et donc le vin.

    Alors c’est vrai que les vins français rentrent facilement aux Etats-Unis avec des taxes qui sont comprises entre 5,3 et 14,9 cents par bouteille. Mais on ne peut pas dire que l’Europe et la France bloquent le vin américain, puisque les ventes y ont triplé en l’espace de dix
    ans.De notre côté le marché américain pèse 3,2 milliards d’euros, mais ce ne sont pas des taxes en plus qui freineraient les
    ventes de Bordeaux. Et c’est tant mieux car c’est notre deuxième domaine d’excellence outre-Atlantique derrière les équipements
    aéronautiques. Vous voyez, c’est plus anecdotique qu’économique. Mais c’est tout de même problématique de ressentir tout d’un coup un
    climat d’hostilité.

    Comme si Donald Trump ne pouvait exister qu’en montrant les muscles. Ce qui, entre alliés, est ridicule, dérisoire et superflu.

    FacebookTwitter
  • Les taux de crédits immobiliers au plus bas !

    Soumis par MargauxS le Mercredi 5 juin 2019 à 16:47
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    C’est officiel : les taux des crédits immobiliers sont à leur plus bas historique avec dans certains cas des prêts à moins de 1 % ?

    On pensait que les taux d’intérêt avaient fini de baisser et les banques centrales annonçaient toutes un relèvement des taux à ’été.

    Mais selon l'observatoire Crédit logement/CSA, les taux d'emprunt ont encore baissé au mois de mai, avec une moyenne à 1,29 % sur 19 ans. C’est un record historique. Ce baromètre qui est ancien et très précis n’avait pas enregistré de taux aussi bas depuis 2016 avec 1,33 %.Tout cela n’est pas surprenant, puisque les taux des banques centrales, qui donnent le la, sont orientés à la baisse. Sur certaines échéances plus courtes il existe même des taux à moins de 1 % et à 0,80 % pour les crédits à la consommation. Ça veut dire qu’avec une inflation estimée entre 1,7 et 1,8 % n’importe quel particulier qui s’endette aujourd’hui crée du pouvoir d’achat. Juste pour votre mémoire, en 1990 les taux étaient exactement dix fois plus élevés qu’aujourd’hui. Et en 2000 : quatre fois plus élevés.

    C’est historique, d’accord. Mais est ce que ça va durer ? Oui, ça va durer, car les banques centrales vont continuer baisser les taux. Pourquoi ? Et bien parce que la croissance en zone euro, est trop faible. Et que baisser les taux, en principe, ça stimule l’investissement, ça dope la consommation des ménages en injectant de l’argent dans l’économie.

    On en saura plus jeudi avec la grande réunion de la Banque Centrale Européenne qui devra en dire davantage sur ses intentions.
    Mais si les taux baissent trop on va vite voir ré-apparaître des comportements malsains avec des prêts accordés sur 30 ans.

    Ou bien des particuliers qui s’endettent pour profiter de ces taux bas, mais qui n’ont pas d’apport personnel ou qui ont des revenus trop
    justes. C’est ce qui explique que la France vient de battre un nouveau record avec un encours de prêts immobiliers de 1.000 milliards d’euros. Tant mieux pour le marché immobilier. Tant mieux pour les banques qui hameçonnent des clients. Tant mieux pour les assureurs crédits. Mais il ne faut pas oublier que la dernière grande crise financière que nous avons vécue, celle des subprimes, était une crise du surendettement. Et comme disait Oscar Wilde : « on ne meurt pas de ses dettes, mais on meurt de ne plus pouvoir en faire. »

    FacebookTwitter
  • Le gouvernement s’attaque au revenu universel d’activité !

    Soumis par MargauxS le Mardi 4 juin 2019 à 15:04
    Inscription
    Editorialiste
    Connexion Economie

    Alors Yves, le gouvernement a lancé hier les premiers travaux concernant le revenu universel d’activité. En quoi ça consiste ?

    Il s’agit d’un souhait exprimé par Emmanuel Macron de simplifier le versement des minima sociaux, par un revenu unique

    Le terme d’universel n’est pas très bien choisi car ce n’est pas un revenu qui concernera tous les français, mais ceux qui reçoivent une allocation. Cela n’a donc rien à voir avec le revenu universel que Benoit Hamon avait agité pendant la campagne présidentielle de 2007. Lui, avait repris à son compte, une idée qu’on trouve outre- Manche d’un revenu versé à tous par l’état. Libre à chacun d’en faire ce qu’il veut.

    Donc hier Agnès Buzyn et Christelle Dubos, sa secrétaire d’état, ont donné le coup d’envoi à ce chantier avec la création d’une
    aide unique. Une allocation qui regrouperait le RSA, la prime d’activité, les fameuses APL, voire même les allocations pour adultes handicapés. Pour Agnès Buzyn il s’agit de simplifier cet empilement d’aides et de faire en sorte que tous ceux qui y ont droit la reçoive bien.

    Mais est-ce que va encore augmenter la dépense publique ? A priori, tout ce chantier de simplification doit se faire à budget constant. C’est-à-dire que le « pognon de dingue » comme l’avait qualifié le Chef de l’État versé aux minima sociaux, restera un pognon de dingue. Ce qui est surprenant c’est que les pouvoirs publics ne profitent pas de ce chantier pour lutter contre les fraudes sociales qu’on évalue à 20 milliards

    Je sais bien que les Républicains sont en état de fin de vie, mais Eric Woerth avait plaidé de son côté pour la création d’une
    allocation de vie. De manière à faire en sorte qu’en cumulant toutes les aides sociales on ne puisse pas toucher plus de 75 % d’un SMIC. Car le vrai problème de ce revenu universel d’activité, est de savoir si on continue à financer l’assistanat plutôt que la
    solidarité.

    En sachant que cet assistanat est un frein pour la reprise d’un emploi, et qu’il divise la société française en deux. Ceux qui en profitent et ceux qui cotisent pour que d’autres en profitent et qui appartiennent généralement aux classes
    moyennes. Non seulement ce revenu universel d’activité ne créera pas d’activité supplémentaire, mais en plus il ne va pas réduire la
    dépense publique. C’est ce qu’on appelle une occasion ratée.

    FacebookTwitter
Les rubriques Sudradio