Vers une hausse historique du prix de l’électricité ?

Jean-Yves Mano, président de l’association de consommateurs CLCV, interviewé par Cécile de Ménibus et Patrick Roger, était "L’invité de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 31 janvier 2019, animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Il revient sur les prix de l'électricité qui pourraient fortement augmenter en juin prochain, si les avis de la Commission de régulation de l'énergie sont suivis.

Thumbnail

"Il y a un problème de fond dans le calcul du prix de l'électricité aujourd'hui"

Les prix de l'électricité pourraient fortement augmenter dès le mois de juin si les avis de la Commission de régulation de l'énergie sont suivis. On parle d'une hausse de quasiment 6% (5,9%). Jean-Yves Mano, président de l’association de consommateurs CLCV, dénonce cette augmentation. "Il y a un problème de fond dans le calcul du prix de l'électricité aujourd'hui, qui est la conséquence de l'ouverture du marché à la concurrence et c'est un paradoxe, dans la mesure où, historiquement, EDF doit céder une quantité d'électricité aux intervenants sur le marché à partir du parc nucléaire, qui a un coût extrêmement compétitif.

Mais ces acteurs nouveaux sur le marché ont des exigences quantitatives qui dépassent ce qui est prévu dans les textes officiels. Ils disent être obligés aujourd'hui d'aller chercher de l'électricité sur le marché extérieur et c'est plus cher. À ce titre-là, ils disent que, comme c'est plus cher, je ne peux pas maintenir mes prix et donc, vous êtes obligés d'augmenter les prix.

Le paradoxe est extraordinaire : on a ouvert le marché pour avoir plus de concurrence et en général, ça veut dire que les prix sont plus bas, or là, les prix sont plus hauts. Nous contestons fondamentalement les modes de calculs historiques des prix de l'électricité et nous espérons bien que l'État ne suivra pas cet avis de la Commission de régulation de l'énergie.

L'ensemble des professionnels demandent au gouvernement de modifier le mode de calcul pour avoir un accès plus important aux tarifs nucléaires. Nous allons vers une période de contestation, y compris de la part de la CLCV, devant le Conseil d'État si nécessaire, pour une modification des règles.

Dans le grand débat, nous savons tous qu'il y a un problème de pouvoir d'achat ; le seul tarif régulé, parfois aujourd'hui à la hausse, qui est encore accessible par rapport à une baisse de TVA, c'est bien le tarif de l'électricité. La CLCV aura deux demandes : recours contre le Conseil d'État pour modification du mode de calcul, et baisse de la TVA sur l'électricité."

"Il faut diminuer notre consommation d'électricité "

C'est inquiétant de voir cette hausse des tarifs alors que, pour l'instant, nous avons un parc nucléaire assez conséquent. On doit développer les énergies renouvelables, mais quand on dit que demain, dans dix ans, on consommera beaucoup moins d'énergies fossiles telles que le carburant et qu'on ira vers l'électricité, comment allons-nous faire ?

"Le parc nucléaire est important en France, ce qui a permis d'avoir un coût de l'énergie plus faible que dans certains pays européens, mais il faut développer l'énergie verte et diminuer notre consommation d'électricité : isolation thermique, moins de consommation dans tous les produits que nous achetons pour la vie courante. Il y a une augmentation prévisible des prix de l'énergie, mais en même temps, il ne faut pas que le marché s'empare de ce domaine-là, car on est extrêmement dépendant. L'électricité est un besoin essentiel pour l'ensemble des citoyens et donc le prix de cette énergie doit être contrôlé."

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !