"Quand on ne sait pas lutter contre le chômage, on lutte contre les chômeurs"

Alors que, selon le Canard enchaîné, le gouvernement prévoirait un plan de durcissement du contrôle des chômeurs et des sanctions à leur encontre en cas de fraude, Pierre-Édouard Magnan, porte-parole du Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP), était l’invité du 10h-12h de Sud Radio ce mercredi pour en parler.

Thumbnail

Faut-il durcir le contrôle des chômeurs, les conditions d’attribution de leur assurance-chômage et les sanctions qu’ils encourent en cas de fraude ? C’est visiblement le projet du gouvernement, à en croire un article du Canard enchaîné ce mercredi, qui se base notamment sur une note secrète émanant du cabinet du ministère du Travail. Invité du 10h-12h de Sud Radio, le porte-parole du Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP), Pierre-Édouard Magnan s’insurge contre une telle volonté.

"L’assurance-chômage est la plus mauvaise assurance du monde !"

"Quand on ne sait pas lutter contre le chômage, on lutte contre les chômeurs. C’est vieux comme la politique, et on en a un nouvel exemple aujourd’hui. On parle de système assurantiel, mais l’assurance-chômage est la plus mauvaise assurance du monde ! Quand vous avez une assurance-vie, vous cotisez pendant des années, et le jour où vous êtes en droit de la toucher, on ne vous demande pas des conditions supplémentaires. Idem pour les retraités : on ne demande pas aux retraités de faire du sport, de manger de manière équilibrée ou de se lever tôt le matin parce qu’ils doivent rester utiles socialement", dénonce-t-il.

"On n’a jamais été contre sanctionner la fraude délibérée, on n’a aucun souci là-dessus ! Là, on nous explique que si les chômeurs n’ont pas de boulot, c’est parce qu’ils n’en cherchent pas puisqu’il suffirait sans doute de se baisser pour le ramasser. Si c’était le cas, il n’y aurait pas un seul chômeur en fin de droit dans ce pays. Ça ne marche plus comme ça aujourd’hui", ajoute-t-il.

Alors que le sujet de l’attitude des pouvoirs publics envers les chômeurs ne date pas d’hier, Pierre-Édouard Magnan n’est pas surpris par le caractère récurrent de cette problématique. "Malheureusement, beaucoup d’hommes ou de femmes politiques n’ont pas grand-chose d’autre à proposer sur la table. Les grands soirs et les matins radieux sont toujours pour demain, même à droite ! Il est amusant de voir que le marxisme a essaimé si loin, lorsque la droite nous fait croire que le retour à l’emploi et à la croissance sont pour demain", glisse-t-il.

"Le système économique s’accommode assez bien du chômage de masse"

Quant à la perspective future à court terme pour le chômage, Pierre-Édouard Magnan fait part de son pessimisme. "Je ne vois pas pourquoi il baisserait de manière durable. On constate qu’il fait le yo-yo depuis des années, avec des pics en période de crise. Sur les 3,5 millions d’embauches l’année dernière, il y en a eu 3,4 millions en CDD de moins de six mois. C’est pour ça que le taux de chômage fait du yo-yo ! Globalement, le système économique s’accommode assez bien du chômage de masse, pourquoi voulez-vous donc qu’il disparaisse ?", explique-t-il avant de mettre en garde contre l’importation en France de certains modèles étrangers. "On peut faire le choix de l’Allemagne, qui a choisi la pauvreté contre le chômage. Ils ont 5% de chômeurs, oui, mais aussi 20% de pauvres. Personnellement, je refuse ce choix-là", assure-t-il.

Réécoutez en podcast toute l’émission Le 10h-12h consacrée au contrôle des chômeurs