éditorial

L'édito de Yves de Kerdrel

Yves de Kerdrel Sud Radio Éditorialiste
Economie

Quand l’électricité augment pour tout le monde sauf… Pour les salariés d’EDF

A partir de demain les prix de l’électricité augmentent de 6 %. Les seuls Français que ça ne va pas gêner ce sont les salariés d’EDF ?

Exactement Philippe. Ça fait partie des anomalies bien françaises qui sont devenues tellement aberrantes que l’on peut
parler de scandale.

Il faut rappeler que la totalité des salariés d’EDF ont le droit à la gratuité de leur abonnement à l’électricien. Quant à la consommation, quand vous et moi payons le vrai, prix, eux ne payent que 4 % du tarif de base, exonéré de taxes.

Si bien que ces avantages tarifaires poussent à la consommation. Les économies d’énergie, ça ne concerne pas vraiment les salariés d’EDF. C’est pour cette raison, que même François de Rugy, le Ministre de l’environnement a commencé à dire qu’il faudrait revoir ces
avantages.Naturellement ça concerne leur résidence principale, leur résidence secondaire voire des appartements en location. La Cour des Comptes a estimé que cette quasi-gratuité de l’électricité pour les agents d’EDF coutait près de 300 millions d’euros
à l’entreprise. Et en plus d’après ce que je crois savoir, ce n’est pas tout ?

Non les auditeurs vont tomber de haut. Mais EDF met à disposition de ses salariés pas moins de 14 408 appartements et
maisons. À cela s’ajoutent pour ceux qui n’ont pas droit à ces logements des généreuses aides. Tout cela, là encore, pour 300 millions d’euros. Et ce n’est pas tout, parce qu’il existe des chèques emplois service gratuit, et des primes pour de multiples occasions. Mais le pire, c’est que quand les salariés partent en retraite, ils continuent à bénéficier de tous ces avantages. Au total l’ardoise pour EDF s’élève à près de 3 milliards d’euros. Et ce sont tous les français qui payent ces gros cadeaux aux salariés d’EDF.

Tout cela est évidemment injustifiable en 2019, mais complètement injustifié dans la mesure où le salaire moyen y est 10 %
plus élevé. Et je vous rappelle que jusqu’en 2022, les salariés d’EDF disposent d’un âge réduit pour partir en retraite Tout cela n’est pas sain d’abord parce que ça pèse sur la rentabilité de l’entreprise qui est publique. Et puis parce que ça crée deux catégories de français. Ceux qui payent leur énergie de plus en plus cher. Et ceux qui accumulent les privilèges.

Les rubriques Sudradio