éditorial

L'édito de Yves de Kerdrel

Yves de Kerdrel Sud Radio Éditorialiste
Economie

Psychodrame entre Carrefour et Casino

Hier, la Bourse a assisté à une guerre de communiqués entre Carrefour et Casino. Casino accusant Carrefour d’avoir tenté une opération hostile. C’est une sorte de psychodrame très franco-français qu'on a pu voir. Casino a publié un communiqué dimanche peu avant minuit expliquant avoir réuni son conseil d’administration pour dire non à une proposition de rapprochement hostile émanant de Carrefour. Et lundi à 4 heures du matin c’était Carrefour qui publiait un communiqué expliquant que jamais, la moindre proposition n’avait été faite à Casino. Bref hier matin à l’ouverture des marchés, personne n’y comprenait plus rien. D’autant plus que pour des raisons de concurrence un tel rapprochement parait peu probable.

Alors que s’est-il passé ? Une scène très très parisienne qui a débouché sur une sorte de pièce de boulevard. Fin août les cours de Carrefour et ceux de Casino sont au plus bas alors qu’Amazon s’envole. Alain Minc qui est une sorte de père spirituel pour Alexandre Bompard, le patron de Carrefour et qui connait Jean-Charles Naouri, le patron de Casino depuis 40 ans leur propose de parler des difficultés de leur métier. Rendez-vous est pris le 12 septembre à 8 h 45 dans les bureaux d’Alain Minc. Les deux patrons parlent de ce qu’ils pourraient faire ensemble. Et cela va assez loin pour que chacun missionne une banque et un grand avocat.

Tout cela est très amical à priori. Tout se passait en bonne compagnie entre trois inspecteurs des finances. Mais à un moment l’avocat de Casino a posé comme condition que pendant les discussions le groupe Carrefour s’engage à ne pas acheter d’actions Casino sur le marché. Condition refusée. Du coup les dirigeants de Casino ont considéré que leur interlocuteur était dans une démarche hostile. D’où la réunion précipitée du conseil d’administration et ces communiqués. Communiqué qui n’a pas vraiment plu à Carrefour, mais qui ne pouvait complètement démentir, car il y a eu ces rencontres et des tas d’échanges de mails entre avocats.

Donc il ne se passera rien entre Casino et Carrefour. Même si on ne peut pas dire Fontaine je ne boirai jamais de ton eau. Mais Primo, les deux groupes sont trop gros en France pour se rapprocher. L’autorité de la concurrence ne le supporterait pas. Secundo : leur priorité c’est de réinventer le modèle de la grande distribution. Casino le fait très bien avec Monoprix, Franprix et le format supérette de centre-ville. Carrefour est beaucoup plus handicapé avec ses hypermarchés qui sont concurrencés directement par le commerce électronique. Tertio : le vrai défi de ces deux groupes, mais aussi de Leclerc, Auchan ou Super U, c’est la montée en puissance d’Amazon qui bouscule tout le modèle économique de la grande distribution. Avec comme défi ce que les américains appellent : to lunch or to be lunched : acheter le concurrent sous peine d’être un jour racheté.

Les rubriques Sudradio