"PSA et Renault veulent se débarrasser de GM&S et faire crever les 280 salariés"

Délégué syndical central CGT chez PSA, Jean-Pierre Mercier était l’invité du Grand Matin Été sur Sud Radio ce mardi. Alors que GM&S est actuellement en difficulté, il est persuadé que PSA et Renault ne jouent pas franc jeu dans ce dossier.

Thumbnail

PSA et Renault veulent-ils vraiment aider leur fournisseur GM&S, actuellement en difficulté ? C’est la question qui secoue la filière automobile française ces derniers jours, alors que le gouvernement accuse la direction de PSA de ne pas tenir les engagements pris en termes d’investissements. Invité du Grand Matin Été sur Sud Radio ce mardi, le délégué syndical central CGT du groupe PSA, Jean-Pierre Mercier, s’est montré très critique envers sa direction. "Je pense que depuis le début de cette affaire, PSA et Renault veulent se débarrasser de GM&S parce qu’ils ne veulent plus travailler avec eux. On ne connaît pas les raisons, qui sont sous le secret commercial et industriel. Ils cherchent à faire crever les 280 salariés sur le site. Si GM&S ferme, c’est une véritable catastrophe pour la région puisque la Creuse est une région assez peu industrialisée. Les salariés seraient vraiment sur le carreau et deviendraient des migrants", prévient-il d’emblée.

"Toute la filière est attaquée par ces deux grands donneurs d’ordre : PSA et Renault"

Selon lui, cette attitude est d’autant plus incompréhensible que le secteur automobile se porte très bien. "Toute la filière automobile est attaquée par ces deux grands donneurs d’ordre : PSA et Renault. Ces deux multinationales engrangent des milliards de bénéfices depuis des années. Pour augmenter leurs profits, c’est toujours la même politique : porter des attaques brutales contre les salariés mais aussi contre toute la filière automobile, les fournisseurs et les sous-traitants. (…) Ces 16 derniers mois, PSA a supprimé dans ses usines plus de 4000 emplois, à rajouter aux 20000 supprimés depuis la fermeture de l’usine d’Aulnay. Tout ça pour augmenter les bénéfices alors qu’aujourd’hui, les usines PSA et les fournisseurs de la filière automobile sont en surrégime ! On vient de travailler le 14 juillet, on a travaillé le jeudi de l’Ascension, tous les samedis sont travaillés en heures supplémentaires… Le secteur automobile se porte extrêmement bien, PSA vient de battre son record mondial de ventes de véhicules de 2,3%…", dénonce-t-il.

Critiquant une "explosion de la précarité" face aux cadences et surcharges de travail, Jean-Pierre Mercier a réassuré aux salariés de GM&S qu’ils avaient le soutien de leurs homologues de PSA. "Les salariés de GM&S ont participé aux bénéfices de Renault et de Peugeot, ce ne serait que justice que ces milliards de profits servent à maintenir les emplois à GM&S", plaide-t-il notamment.

Réécoutez ici l'intégralité de l'interview de Jean-Pierre Mercier dans le Grand Matin Été de Sud Radio