éditorial

L'édito de Yves de Kerdrel

Yves de Kerdrel Sud Radio Éditorialiste
Economie

Pourquoi le statut d’autoentrepreneur a de plus en plus la cote ?

On a appris hier que le nombre de Français ayant opté pour le statut d’autoentrepreneurs est de 1,3 million. C’est énorme.

Ce statut fête ses dix ans ce mois-ci. Ça a été une grande réforme de Nicolas Sarkozy mise en œuvre par Hervé Novelli. Cela répondait à une véritable attente puisque dés la première année on dénombrait 360.000 autoentrepreneurs. Et aujourd’hui - comme vous l’avez dit - on a franchi la barre des 1,3 million d’autoentrepreneurs. Alors c’est vrai que chez les autoentrepreneurs il y a des choux et des carottes : des Français qui ont véritablement construit un métier et d’autres qui s’en servent comme deuxième revenu en facturant des prestations de services ou de bricolage durant le week-end. C’est ce qui explique que le revenu moyen se situe autour de 800 euros par mois. Ce qui est nettement inférieur au Smic. En fait seulement 10% ont engrangé plus de 26.000 euros par an, donc au moins 2.000 euros par mois et peuvent en vivre.

Mais alors comment expliquer le succès de ce statut pourtant assez précaire ? Il y a plusieurs raisons très différentes. La première, c’est de pouvoir émettre des factures en plus d’un travail salarié et donc bénéficier d’un complément de revenus. La seconde, c’est la simplicité. Pas de statut. Très peu de comptabilité. On fait les formalités par internet en 15 minutes. C’est vraiment très simple. La troisième, pour ceux qui en vivent. Et cela inclut les chauffeurs Uber par exemple qui encaissent un revenu moyen de 1650 euros par mois, c’est le fait d’être autonome, dans ses horaires et ses journées de travail. La quatrième, c’est peu coûteux. D’abord dans la plupart des cas les autoentrepreneurs échappent à la TVA sauf à être très importants. La cinquième, c’est que les cotisations sociales sont progressives dans le temps et ne dépassent pas les 22 %. Mais le plus important dans le succès de ce statut, c’est qu’il a fait la preuve que les Français étaient capables de se jeter à l’eau et de créer leur entreprise, dés lors que c’est simple et peu coûteux. Et ça c’est essentiel.

Les rubriques Sudradio