Plan de relance: "L'Etat fait ce qu'il sait faire depuis toujours: s'occuper des grandes entreprises"

100 milliard d’euros pour relancer l’économie mise à l’arrêt par le Covid: c’est le montant du plan de relance dont le détail sera dévoilé ce jeudi. C est quatre fois plus que le plan pour sortir de la crise de 2008. Indépendance, écologie, solidarité et compétences: ce sont là les quatre grands volets de ce plan de relance. Mais ce plan devra surtout répondre à une urgence : l’aide aux PME comme en Occitanie, qui doit faire face à la crise dans l'aéronautique.

Les difficultés du secteur aéronautique se répercutent sur le tissu de PME en Occitanie. (REMY GABALDA / AFP)
Reportage Sud Radio de Christine Bouillot

 

Les petites et moyennes entreprises constituent l'essentiel du tissu économique du pays, et pour elles, il y a urgence, notamment en matière de trésorerie, estime le président de la Confédération des PME (CPME) en Occitanie, Samuel Cette.

"Le principal dilemme qu'on rencontre pour la partie aéronautique, ce n'est pas tant les annulations de commande, mais bien des reports, et donc une baisse de cadencement: des baisses du nombre d'avion fabriqués tous les mois. Il y a désormais des entreprises en trop, entreprises à qui on va demander d'attendre trois-quatre-cinq ans: c'est décemment pas envisageable !" - Samuel Cette, CPME Occitanie

 

Ces 100 milliards iront soutenir l'investissement et l'offre, mais ça sera sans doute insuffisant, estime le président de la CPME Occitanie, qui est également patron d'une entreprise de 450 salariés:

 

"En ce qui concerne la relance et l'investissement, l'Etat fait ce qu'il sait faire depuis toujours: s'occuper des grandes entreprises. Non pas par malveillance, mais parce-qu'il ne fait pas faire autrement: il ne sait pas comment toucher ces petites entreprises. En conséquence, il va falloir parler de comment ces petites entreprises, qui se sont endettées pour faire face, vont pouvoir créer de la richesse pour rembourser ce qu'on leur a prêté."

Depuis mars et le début de l'épidémie, près de 460 milliards d'euros ont déjà été bloqués pour les entreprises.

 

Prélèvements obligatoires: "comment s'en sortir sans modifier les choses de fond en comble?!"

"L'expérience nous montre qu'on n'est pas en capacité de rembourser les PGE, de payer les charges, pour la bonne raison qu'on n'a pas été en capacité de créer de l'activité pour créer cette richesse. Et quand on crée de la richesse, on vient se rappeler d'une chose, c'est que la France est le pays le plus redistributif grâce au prélèvement de l'impôt" - Samuel Cette, CPME Occitanie

 

Les détails du plan de relance:

 

Au-delà de l'urgence, un plan de relance pour préparer la France de 2030