L’Insee maintient que le pouvoir d’achat a augmenté en quatre ans

Marie Leclair, cheffe de la division prix à la consommation à l’Insee
Marie Leclair, cheffe de la division prix à la consommation à l’Insee, interviewée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger dans "L’invité de l’actu" sur Sud Radio, à 8h10. Sud Radio

Marie Leclair, cheffe de la division prix à la consommation à l’Insee, était "L’invitée de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 8 février 2019, animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Elle revient sur l'évolution des prix et maintient que le pouvoir d'achat des Français a augmenté, ces quatre dernières années.

"L'Insee relève 400.000 prix sur tout le territoire tous les mois et sur toutes les formes de vente"

Il y a un écart entre les chiffres et le ressenti, concernant l'évolution des prix. Il y a une dizaine de jours, deux enquêtes de l'UFC-Que choisir et 60 Millions de Consommateurs ne donnaient pas les mêmes résultats que l'Insee : pour l'Insee, l'augmentation des prix a été ralentie. Marie Leclair, cheffe de la division prix à la consommation à l’Insee, explique comment l'Insee calcule les prix à la consommation : "Pour calculer l'inflation qui est la mesure de l'augmentation des prix, l'Insee va suivre, chaque mois, un panier de produits. On relève 400.000 prix sur tout le territoire tous les mois et sur toutes les formes de vente, du petit commerce aux grandes enseignes, en passant par Internet. On relève des produits qui représentent toute la consommation des ménages : des produits de grande consommation alimentaire, le carburant, l'énergie, l'habillement, l'électroménager, les voitures, les services comme le coiffeur ou l'abonnement téléphonique et, bien sûr, le loyer."

"Les ménages ont tendance à donner plus de poids aux produits qu'ils consomment fréquemment"

Pourquoi ne retrouve-t-on pas exactement les mêmes prix, les mêmes statistiques, à l'Insee et chez 60 Millions de consommateurs et l'UFC-Que choisir, et pourquoi ce sentiment de différence chez les consommateurs ? "Le ressenti des ménages peut être différent de cette mesure objective que nous faisons de l'inflation, car on ne donne pas, dans les statistiques, le même poids que les ménages aux différents produits qu'ils consomment. Ils ont tendance à donner plus de poids aux produits qu'ils consomment fréquemment : le carburant et l'achat d'une voiture représentent par exemple aujourd'hui le même poids dans la consommation des ménages français. Or, les ménages consomment beaucoup plus souvent de carburant qu'ils n'achètent une voiture. Ils ressentiront donc plus fortement l'augmentation des prix des carburants qui se fait chaque semaine que l'achat d'une voiture, dont les prix sont beaucoup moins dynamiques."

"Nous considérons que l'achat d'un logement n'est pas de la consommation et n'a pas à être pris en compte dans l'inflation"

Il y a une polémique autour des loyers et l'immobilier. L'Insee ne prend en compte que les loyers, mais plus de 50% des Français sont propriétaires ou empruntent et l'immobilier compte de plus en plus dans le budget des ménages. "On prend en compte les loyers, on relève environ 7.000 prix de logements chaque trimestre, mais nous considérons que l'achat d'un logement n'est pas de la consommation et n'a pas à être pris en compte dans l'inflation, car on peut revendre le logement et récupérer l'argent investi et non consommé."

Ce n'est pas ce que ressentent les ménages pour qui, parfois, le budget immobilier représente 30 voire 40% de leur budget. "Parmi les propriétaires, il y en a 40% qui ont remboursé leur emprunt au bout de 15, 20 voire 30 ans..." Pourquoi ce budget n'est-il pas comptabilisé, même en le pondérant, pour donner un ressenti plus près de la réalité, car c'est là où il y a eu la plus forte hausse depuis vingt ans ?

"L'Insee essaie de produire des indices complémentaires pour voir si ça modifierait beaucoup notre mesure de l'inflation. Mais ce n'est pas forcément le cas et quand on a une augmentation des prix du logement, ça fait un coût plus important pour le ménage qui essaie d'acquérir un logement mais aussi des revenus plus importants pour celui qui le vend."

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.


Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !


 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio