Linky : "respecter le consentement de l'utilisateur pour partager ou non ses données de consommation"

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a mis en demeure EDF et Engie. Elle leur demande de recueillir en bonne et due forme le consentement des usagers pour la transmission des "données fines" de leur consommation d'électricité.

EDF et Engie recueillent mal le consentement de l'abonné pour transmettre ses "données fines" de consommation. © AFP

Pour en parler, Alain Bazot, président de l’UFC-Que Choisir, était l'invité de Patrick Roger le 12 février 2020 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

"Pour faire leur facture, EDF ou Engie n’ont besoin de savoir que ma consommation sur le mois"

"Cette mise en demeure appelle EDF et Engie à respecter la réglementation qu’on avait appelée de nos vœux au moment de la mise en place du compteur Linky. Cette réglementation est là pour assurer qu’on respecte les données personnelles et le consentement de l’utilisateur pour partager ou non ses données de consommation avec son fournisseur.

Ces données n’ont de personnelles que le nom. Il s’agit de savoir combien je consomme d’électricité. Par principe, pour faire leur facture, EDF ou Engie ont besoin de savoir uniquement ma consommation sur le mois. S’ils veulent en savoir plus (combien je consomme quotidiennement ou heure par heure voire demi-heure par demi-heure), ils doivent au préalable recueillir mon accord. Et cet accord n’est valable que lorsqu’il est libre, éclairé, spécifique et univoque. Et c’est bien ce qu’on reproche à Engie et EDF : la formule pour obtenir le consentement de l’utilisateur n’est pas très claire, et on ne voit pas très bien de quoi il s’agit", a déclaré Alain Bazot.

"Il n’y a toujours pas d’offres tarifaires spécifiques"

"Si le recueil des données fines de consommation est problématique, c’est parce que la donnée fine permet, par recoupement, de faire un certain nombre de déductions : ce que vous faites et combien vous êtes.

L’idée au moment de la mise en place de Linky était que le fournisseur d’électricité puisse dire : 'je vais vous aider à consommer mieux'. Cela devrait être assorti d’un certain nombre d’offres tarifaires : si vous consommez moins à certaines heures, vous pouvez souscrire à un tarif plus attractif. Mais il n’y a toujours pas d’offres spécifiques qui vous sont faites, il n’y a donc pas de raisons de transmettre vos données. N’oublions pas que les abonnés peuvent revenir sur leur choix. Je les invite à aller sur leur espace personnel, voir quel consentement ils ont donné et n’autoriser que le minimum", a poursuivi Alain Bazot.

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !