"Les marges des distributeurs, c'est 2 à 3 centimes sur le prix à la pompe"

Les taxes gouvernementales et les marges des distributeurs critiquées dans le cadre de l'augmentation des prix à la pompe (©FRED TANNEAU - AFP)

Chargé de mission environnement à la CLCV (Consommation Logement Cadre de Vie), Vincent Licheron était l’invité du 18h Sud Radio ce mercredi pour parler de la hausse des prix à la pompe.

Vous l’avez peut-être remarqué au moment de faire le plein ces derniers jours : les prix à la pompe ont sensiblement augmenté, nettement même. Une situation qui s’explique par trois raisons selon Vincent Licheron, chargé de mission environnement à la CLCV (Consommation Logement Cadre de Vie). "Il y a trois raisons à cette augmentation. Nous avons appris que Donald Trump revenait sur l’accord passé avec l’Iran, et il y a de fortes chances pour que le prix du baril de pétrole augmente suite à cette décision. Mais nous voulons surtout parler des décisions nationales et des leviers nationaux, à savoir la marge des distributeurs et l’augmentation des taxes", explique-t-il au micro du 18h Sud Radio.

Selon lui, les taxes imposées par le gouvernement ne sont aujourd’hui clairement pas efficaces pour lutter contre le dérèglement climatique. "Le gouvernement instaure une taxe sur le diesel, un carburant polluant. Le problème, c’est que cette augmentation de taxe n’entraîne pas une diminution de consommation. Il n’y a donc pas de répercussion écologique de cette mesure, et le pouvoir d’achat du consommateur se retrouve directement impacté, dans une période où l’actualité de la SNCF pousse les usagers à prendre de plus en plus la voiture. Nous demandons donc à l’État de revenir sur cette politique de constante augmentation des taxes, qui n’est pas franchement efficace en matière écologique", déclare-t-il.

Quant à l’impact de ces taxes et des marges des distributeurs sur le prix de l’essence et du diesel à la pompe, Vincent Licheron a des chiffres précis. "En ce qui concerne les distributeurs, on leur demande de faire un effort de réduction de ces marges. Notre association a un rôle de vigie sur cette pratique et on estime que pour les marges de distribution, il y a deux à trois centimes répercutés sur le prix à la pompe. Pour les taxes, cela représente entre 5 et 9 centimes. Concrètement, par an, ça fait une dépense d’à peu près 100 à 200 euros par ménage", affirme-t-il.

Réécoutez en podcast toute l’interview de Vincent Licheron dans le 18h Sud Radio

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio