La Guadeloupe entre inquiétude et colère face au Covid-19

La Guadeloupe va-t-elle être confinée ? Se dirige-t-elle vers une grève générale et un embrasement ? Fabien Chagas Dos Santos, expert-comptable et dirigeant d’entreprise, était l’invité de Patrick Roger le 3 mars dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

"On commence à parler de variant guadeloupéen"

Confinement, variants, hospitalisation… Quelle est la situation précise en Guadeloupe ? "Du point de vue sanitaire, on a malheureusement depuis quelques jours une légère accélération de l’épidémie, explique Fabien Chagas Dos Santos, expert-comptable et dirigeant d’entreprise. Notre CHU est beaucoup moins dimensionné que les hôpitaux de métropole en termes de lits d’hospitalisation. Nous avons semble-t-il l’apparition d’un variant ; on commence à parler de variant guadeloupéen, on ne sait pas encore. Les gestes barrières, distanciation et lavage des mains, sont très bien respectés, notamment dans les restaurants. Ils sont toujours ouverts, après deux mois puis 25 jours de fermeture. Depuis, nous avons des protocoles de nombre de personnes à table."

"Depuis quelques jours, les enfants à partir de six ans doivent porter le masque à l’école, souligne Fabien Chagas Dos Santos. Les centres commerciaux doivent fermer leur galerie marchande sur les commerces non essentiels. Le préfet doit intervenir aujourd’hui avec la directrice de l’ARS, pour annoncer de nouvelles mesures. Nous espérons ne pas en arriver à un couvre-feu le soir."

La Guadeloupe bloquée par des camions de gravats

Conséquence directe : un véritable ralentissement de la vie économique. "La commande au niveau du BTP s’est beaucoup resserrée depuis un an, détaille l’entrepreneur. Le tourisme avait connu un léger retour, avec 40.000 touristes à Noël. Là, maintenant, il n’y a quasiment plus de touristes, avec le retour des motifs impérieux pour se déplacer." Les tensions sociales montent, les syndicats se mobilisent et des barrages ont même été mis en place. "La semaine dernière, il y a eu une opération surprise de 28 associations professionnelles, qui ont bloqué la Guadeloupe avec des camions de gravats, et les accès à la Zone Industrielle de la Jarry, le poumon de l’île. Il s’agissait de revendications liées au Covid, notamment pour la relance des commandes publiques, des délais de règlement plus courts, mais aussi des aides au niveau de la région, dures à mobiliser."

Et en Martinique, l’île voisine ? "J’ai appris ce matin qu’une réunion syndicale a lieu avec plusieurs fédérations. J’espère qu’il y aura une concertation avant d’en arriver au blocage." Peut-on crainte un risque d’embrasement en cas de troisième confinement ou de manques d’aides ? "Les gens ont beaucoup de mal, c’est dramatique pour les étudiants. Beaucoup de familles ont vu leur situation économique se dégrader. En 2009, nous avons connu 44 jours de blocage. Le principal syndicat de l’île appelle à une grève générale."

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !