Des départements inquiets: comment continuer à financer le RSA?

Vers une hausse du nombre de bénéficiaires du RSA du fait de la crise du coronavirus ? Selon les derniers chiffres de l’INSEE, (de 2018), plus de 1.877.000 personnes bénéficient du revenu de solidarité active, 550 euros par mois pour une personnes seule et sans ressource. Une aide financée principalement par les départements. Et face à la crise économique, ils sont inquiets de devoir augmenter les dépenses alors même que les recettes fiscales vont diminuer.

Enquête Sud Radio de Cyprien Pézeril

Le président PS du département de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, demande à l'Etat de re-prendre en charge le RSA. (Ludovic MARIN / AFP)

30 millions d'euros supplémentaires déjà prévus en Haute-Garonne

Dans le département de la Haute Garonne, le budget va probablement passer de 210 à 240 millions d’euros sur l’année, estime le président du conseil départemental, Georges Méric:

"L’augmentation, on va l'avoir dans un mois ou un mois et demi. En avril, on a eu une augmentation de 10%, mais cela s'explique par le maintien automatique des droits au RSA acté pour que personne ne soit spolié. On a servi 36.700 personnes environ en Haute-Garonne. Mais vu la crise actuelle, la récession, la crise sociale, l'absence d'emploi, on s'attend à une augmentation très importante des RSA dans les mois qui arrivent !" - Georges Méric, président PS du département de Haute-Garonne

 

Seine-Saint-Denis: "Je demande de nouveau à l'Etat le financement à 100% du RSA"

En Seine Saint Denis, département le plus pauvre de France, la dépense du conseil départemental a augmenté de 2,5 millions d'euros de plus en mars, et de cinq millions supplémentaires en avril pour ce RSA. Déjà 7% d'augmentation. Stéphane Troussel, le président du conseil départemental réclame que l’Etat prenne intégralement en charge son coût:

"Depuis le transfert par l'Etat du RSA aux départements, la compensation nationale n'a cessé de diminuer. Avec la violente crise économique et sociale que nous allons connaitre, cette dépense là va être de plus en plus difficile à assumer par les départements, surtout un département jeune et populaire comme la Seine-Saint-Denis. 2,5 millions d'euros supplémentaires en mars puis 5 millions en avril, ce sont des sommes considérables. Donc je demande de nouveau à l'Etat le financement à 100% du RSA" - Stéphane Troussel, président PS du département de Seine-Saint-Denis