Bruno Gazeau : "les mots 'ferroviaire', 'petites lignes' et 'trains de nuit' sont prononcés, on est satisfaits"

Dans son interview du 14 juillet 2020, Emmanuel Macron a annoncé sa volonté de "redévelopper massivement" le fret ferroviaire, les trains de nuit et les petites lignes.

En 2016, la SNCF a commencé la réduction des trains de nuit au profit des autocars de nuit. © AFP

"On va redévelopper le fret ferroviaire massivement. On va redévelopper les trains de nuit. Là aussi, on va redévelopper les petites lignes de trains parce que tout ça, ça permet de faire des économies et ça permet de réduire nos émissions", a déclaré le président de la République. Pour en parler, Bruno Gazeau, président de la Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports (FNAUT), était l'invité de Sud Radio le 15 juillet 2020 dans "Sud Radio Midi", à retrouver du lundi au vendredi à 12h10.

 

"Il y a beaucoup de difficultés à régler"

"Ce plan, on le réclamait, mais on n’était pas sûrs d’avoir quelque chose. On parlait beaucoup de plans pour la voiture, de plans pour l’avion, de plans pour des tas de choses, mais pas d’un plan pour les mobilités ferroviaires ou urbaines. On est satisfaits. Au moins, le mot 'ferroviaire' est prononcé, le mot 'petites lignes' est prononcé, le mot 'trains de nuit' est prononcé. On le saura peut-être avec le Premier ministre cet après-midi. En tout cas, on est contents de voir que le discours change un petit peu et que le mode ferroviaire, qui concerne beaucoup de gens, n’est pas oublié.

La loi sur les mobilités a prévu une étude sur les toiles ferroviaires, qui sont des RER métropolitains, dont on a pas mal parlé lors des élections municipales. Elle a aussi prévu une réflexion sur les trains de nuit. Le rapport devait être rendu fin juillet, mais je pense que cela a été reporté à après les vacances. Il ne faut pas se cacher : il y a beaucoup de difficultés à dépasser, en financements comme en responsabilité. Ce sera la charge de qui : des régions, de l’État ? Il y a des problèmes de régénération du réseau, il y a beaucoup de travaux la nuit qui empêchent les trains de nuit de circuler, en somme beaucoup de difficultés à régler. Mais si on commence à en parler, il se peut qu’on parviendra à résoudre les problèmes", a déclaré Bruno Gazeau.

"L’indispensable reconquête de la part des collectivités"

Le président de la FNAUT déplore le choix d’un grand nombre de Français d’utiliser davantage le véhicule personnel. En même temps, il assure que la fréquentation des transports en commun est en train de repartir. "La crise du coronavirus a incité un grand nombre de Français à se reporter sur la voiture individuelle, ce qui est gravissime pour le transport public. Mais ces dernières semaines cela revient pas mal, on est à 60-70% de la fréquentation habituelle. Je pense qu’en septembre nous verrons des niveaux encore plus importants. Il y a là une reconquête indispensable de la part des collectivités et de la part de l’État pour relancer la SNCF, le ferroviaire. Peut-être que l’ouverture à la concurrence nous y aidera car elle garantir une amélioration de la qualité de service, elle amènera une offre diversifiée. On porte nos espoirs sur tout cela pour relancer le train."

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !