À Bordeaux, les véhicules diesel d’occasion n’ont clairement plus la cote

Embouteillage de voitures (©PIERRE ANDRIEU - AFP)

S’il avait le vent en poupe il y a encore quelques années, le diesel voit sa cote dégringoler sur le marché des voitures d’occasion. Explications à Bordeaux avec un professionnel du secteur.

Le diesel, avenir de l’automobile ? Si certains le pensaient encore il y a quelques années, cela semble être de moins en moins le cas. En effet, selon une étude réalisée par la start-up Bonnie&Car, spécialisée dans la vente de voitures d'occasion, les véhicules diesel ne se vendent plus très bien sur ce marché. Résultat, les délais de vente s'allongent sur un marché où s'échangent tout de même six millions de véhicules par an.

Pour Sébastien Le Mire, directeur des ventes du Groupe Palau à Bordeaux (concession Ford), cette situation s’explique par deux facteurs : une perspective fiscale et financière moins réjouissante, et des politiques environnementales plus contraignantes en ville. "On avait favorisé le diesel pendant des années, en incitant les gens avec des primes diverses et variées à acheter du diesel. En conséquence, les mêmes modèles se revendaient très très bien en occasion. Il y avait donc un gros marché du diesel. Aujourd’hui, la tendance s’est inversée, avec toutes les polémiques qu’il y a et tout ce qu’on prévoit sur les centres-villes. L’effet négatif et un petit peu pervers de tout cela, c’est que le diesel se revend un peu moins bien, notamment en ce qui concerne les petits véhicules. Il se vend pour les clients qui roulent, et un peu moins pour ceux qui ne font que du centre-ville et qui ont peur de ne plus pouvoir y accéder", explique-t-il au micro de Sud Radio.

Propos recueillis par Christophe Bernard

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio