Annonces de Jean Castex : pour les salles de cinéma, "l'année est finie"

Cédric Favard, exploitant de salles de cinéma en Gironde, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 11 décembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Les théâtres et salles de cinéma resteront finalement fermés. (AFP)

Les cinémas resteront finalement fermés au moins jusqu’au 7 janvier. Comment a réagi Cédric Favard, exploitant de salles de cinéma en Gironde aux annonces de Jean Castex ? "On s’y attendait un petit peu", reconnaît-il.

 

"Un grand écart avec les supermarchés"

"On voyait bien les courbes évoluer les semaines précédentes. Dans les trois derniers jours, franchement, je n’avais plus d’espoir." Aurait-il pu rester ouvert avec des protocoles sanitaires ? "Depuis la réouverture des cinémas le 22 juin jusqu’à la fermeture en octobre, il n’y a pas eu de cas dans nos salles. Le protocole était clair, était facile à appliquer. Les gens ne bougent pas. Une fois les séances finies, on pouvait aérer les salles."

"Cette décision va au-delà de cette analyse, estime Cédric Favard. Le gouvernement ne veut pas que les gens circulent, limite les déplacements, et on en paie les frais. C’est un grand écart avec les supermarchés, où les gens touchent à tout et circulent. Nous, on ne peut pas ouvrir. Mais ils ont un rôle alimentaire premier."

 

"On finit l’année à moins 70%"

"Cela va être une année difficile, car on peut dire que l’année est finie, juge l’exploitant de salles de cinéma en Gironde. Elle va finir à 65 millions de spectateurs sur l’année. L’an dernier, on avait eu la meilleur année depuis 53 ans, avec 213 millions de spectateurs. On finit l’année à moins 70%." Quelles sont les aides perçues pour combler le déficit de spectateurs ? "La région a aidé les salles « Art et essai ». Elle a joué le jeu, le CNC aussi, avec un fond de compensation des pertes d’exploitation. Un fond de relance devra nous aider à repartir, car ce n’est pas au moment où l’on est fermé que ce sera le plus dur. Le plus dur, c’est la réouverture, où tout coûte cher, mais en gagnant 25% à 50% de ce que l’on gagne d’habitude."

Quid des films ? "Il y a des films qui sortent en avance, chez Disney avec Mulan, ou celui de Valérie Lemercier, qui ne connaîtront pas les salles de cinéma. Des films comme celui de Maïwenn ou « Adieu les cons » devraient être reportés. On attend les sorties américaines qui font cruellement défaut." Les gens vont-ils s’habituer à regarder des films chez eux sur des écrans de plus en plus grands, même si les salles de cinéma se sont modernisées ? "L’année 2019 a été la meilleure, et il y avait déjà le grand écran, le piratage et Netflix. Le plaisir s’est renouvelé, les sièges sont plus confortables, plus espacés. Cela reste un vrai spectacle, une sortie, un plaisir. De l’autre côté de l’Atlantique, on parle de sorties simultanées en plate-forme et au cinéma. Pour l’instant, en France, cela ne bouge pas, on est assez protégé. Je ne suis pas inquiet là-dessus."

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !