Valérian : Luc Besson s'offre le concours de la Maison de la Radio

Pour la bande originale de Valérian, son prochain mastodonte cinématographique, Luc Besson ne lésine pas sur les moyens et a conclu un accord avec l'Orchestre national de France. Cela fait depuis 1984 que les murs de la notoriété musicale n'avaient accueilli un projet de cette nature.

Thumbnail

Grand magnat du cinématographe français, Luc Besson est aussi connu pour ses succès, le film Lucy, que pour ses ambitions de réalisateur, qui se retrouvent dans certaines de ses productions de science-fiction, le Cinquième Élément, par exemple. Un désir toujours présent, puisque son nouveau projet, Valérian et la cité des mille planètes, bénéficiera d'une bande originale composée par le français Alexandre Desplat, avec une orchestration assurée par l'Orchestre national de France et le choeur de Radio France. La dernière opération de ce type datant de 1984 avec le Carmen de Francesco Rosi.

Premier orchestre symphonique permanent de notre belle nation, l'Orchestre national de France fut fondé en 1934, quelques années avant le début des « heures les plus sombres de notre histoire, etc ». L'orchestre a vu passer en nombre les prestigieux chefs d'orchestres. Aujourd'hui, le directeur musical de l'orchestre se nomme Emmanuel Krivine, tandis que le groupe est régulièrement confié à des hommes et des femmes comme Stéphane Denève ou Stéphanie d’Oustrac.

Après ce roboratif historique, il ne semble pas superflu de faire un petit point sur l'univers du film dont-il est question. Valérian, ou Valerian et Laureline de son nom original, est une bande dessinée avec Pierre Christin au scénario et Jean-Claude Mézières au crayon. Cette longue série raconte l'histoire de Valérian et Laureline, deux agents du Service Spatio-Temporel de Galaxity, la mégalopole et capitale Terrienne d'un empire galactique au XXVIII siècle. Si les deux héros font face à des défis aussi variés que la résolution de conflits planétaires, l'aide à des peuples naissants, la participation à des événements historiques ou l'empêchement d'une explosion nucléaire, leur but reste de préserver les intérêts de Galaxity,  tout en respectant une simple règle, ne pas modifier les événements passés .

Dans la droite lignée du space opéra - pour avoir un exemple typique du genre pensez à Star Wars - Valérian et la cité des mille planètes, sera le premier film consacré à cette vénérable série. Le tout étant intégralement produit en France, ceci, il est vrai, après quelques heurts, puisque Luc Besson avait menacé de dépenser son budget de 170 millions d'euros à l'étranger, mais après avoir reçu, en février 2016, une dérogation du Centre national de l'image et de l'image animée - le CNC - pour bénéficier d'un crédit d'impôt, il reconsidérera sa position. Ce qui rappelle à notre souvenir le titre d'un album de Valérian et Laureline : Les Cercles du pouvoir.