Claire Tabarly : "Du prénom identifiant, on est passé au prénom identité"

Claire Tabarly était l’invitée de Cécile de Ménibus le jeudi 18 octobre 2018 sur Sud Radio dans la matinale, à retrouver du lundi au vendredi à 9h45. Elle y présente son livre, co-écrit avec Stéphanie Rapoport, L'officiel des prénoms 2019, paru aux Éditions First.

Thumbnail

"Le prénom est un marqueur social et générationnel"

Aujourd’hui, 50% des enfants naissent avec un seul prénom, sans deuxième prénom. Le prénom fait partie intégrante de l’identité. Claire Tabarly révèle les prénoms à la mode cette année pour les filles, qui sont : Emma, Louise et Jade. Pour les garçons : Gabriel, Louis et Raphaël. 

Selon elle, "le prénom est un marqueur social et générationnel". Dans les années 40, les parents privilégiaient les prénoms avec une sonorité en -ette, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Aujourd’hui, les filles vont avoir des prénoms rétro se terminant en -a, tandis que les garçons vont porter des prénoms se trouvant dans l’Ancien-Testament.

Les prénoms interdits

Les prénoms qui ont des problèmes avec la justice sont rares. Mais en 1993, Claire Tabarly explique que l’"on a libéralisé le choix des prénoms, ce qui a donné une explosion du répertoire". 12.000 prénoms sont ainsi répertoriés dans son livre, mais 35.000 prénoms sont aujourd’hui officialisés.

C’est l’officier d’état-civil avec son libre arbitre qui, au moment de l’enregistrement, peut saisir le juge. Claire Tabarly donne des exemples de prénoms interdits comme : "Nutella", "Fraise" ou encore "Bâbord" et "Tribord" pour des jumeaux. 

À l’international, il existe une liste noire des prénoms suite à de nombreux abus, comme en Nouvelle-Zélande. En Chine et au Japon, le prénom doit pouvoir être retranscrit sur le clavier de l’ordinateur. Mais selon Claire Tabarly, "les législations à l’international privilégient l’intérêt de l’enfant". 

 

Cliquez ici pour écouter le podcast de “Cinq questions pour tout savoir” avec Cécile de Ménibus.

 

Retrouvez "Cinq questions pour tout savoir" du lundi au vendredi à 9h45 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !