Benoît Dumoulin : "Notre-Dame de Paris fait partie de notre enracinement culturel. C'est un bien commun"

André Bercoff
Benoît Dumoulin, invité d'André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états" sur Sud Radio.

André Bercoff revient sur l’incendie de Notre-Dame de Paris avec Benoît Dumoulin, rédacteur en chef adjoint du magazine Lincorrect, mardi 16 avril, sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

 "Notre Dame de Paris c'est la substance même de la nation"

André Bercoff propose une édition spéciale pour rendre hommage et évoquer tout ce que représente cet édifice millénaire de Notre-Dame de Paris, ravagée par un incendie lundi 15 avril. Benoit Dumoulin, auteur de Charnellement de France (éd. Pierre-Guillaume de Roux) donne alors son avis : "Notre-Dame de Paris c'est la substance même de la nation. La nation a une âme, la nation a un corps, une chair et Notre-Dame de Paris, c'est un des monuments emblématiques de la France, à la fois de la chrétienté et de la France. La France est en effet souvent symbolisée par cette belle nef gothique. C'est un symbole de toutes les gloires et les deuils du royaume. Tous les grands événements se sont déroulés à Notre Dame. Il y a une osmose autour d'elle. On le voit aujourd'hui avec cette union nationale qui se crée".

Et de revenir sur ces grands événements qui se sont déroulés : "Le premier, c'est Saint Louis qui amène la couronne d'épines en 1239 et qui la propose à la vénération des fidèles. Il fait édifier la Sainte Chapelle juste à côté. C'est aussi le voeux de Louis XIII. Il a consacré la France à la Vierge Marie et a demandé à son fils Louis XIV de faire construire ce magnifique Maître hôtel, où vous avez la Pieta de Guillaume Coustout (...)". L'auteur évoque aussi l'oraison funèbre, un éloge à la mémoire de Louis II de Bourbon-Condé (1621-1686) prononcé par Bossuet en 1687. Autre événement rappelé par Benoît Dumoulin, le sacre de Napoléon 1er, en 1804 et enfin la folie révolutionnaire qui a profané mais épargné Notre-Dame de Paris.

"Tout le monde se reconnaît dans ce bâtiment emblématique de la nation "

Le rédacteur en chef adjoint du magazine Lincorrect parle aussi des auteurs, notamment Victor Hugo, mais évoque aussi Paul Claudel qui, à 18 ans, s'est converti aux vêpres de Noël 1886 en la Cathédrale Notre-Dame. "Charles Péguy a brossé cette magnifique tapisserie de Notre-Dame. Elle a été chantée, elle a été admirée". Quid alors de la querelle entre ceux qui évoquent des racines chrétiennes de l'Europe et les autres la loi de séparation de l'Église et de l'État ? "La preuve a été donnée lundi soir : tout le monde se reconnaît dans ce bâtiment emblématique de la nation qu'est Notre-Dame." Et de poursuivre sur le fait qu'outre une minorité et quelles que soient les croyances des compatriotes, ils se reconnaissent tous dans ce monument.

"On dépasse l'aspect cultuel. Notre-Dame de Paris fait partie de notre enracinement culturel. C'est un bien commun qui résume l'âme de la nation", explique Benoît Dumoulin. Pour preuve, selon lui, le nombre de touristes à visiter le monument chaque année ! L'invité d'André Bercoff de raconter : "On a ressenti la communion de toute une nation pour Notre-Dame de Paris à travers ses racines judéo-chrétiennes, au-dessus des polémiques sur les origines de notre Histoire".

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.


Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

Les rubriques Sudradio