Balkany : "Grand Corps Malade ? On parle moins de lui, il a besoin de promotion"

Patrick Balkany, maire de Levallois (©PATRICK KOVARIK - AFP)

Mis en cause par l’artiste Grand Corps Malade dans une chanson, le maire de Levallois Patrick Balkany a répondu au micro d’André Bercoff sur Sud Radio.

"Patrick, Patrick les juges sont des méchants. T'inquiète Patrick personne ne les entend…" "C'est pas facile tu m'impressionnes par ton charisme et ton talent. Tu parles fort, t'en fais des tonnes, pour moi c'est bien toi le plus grand". Les paroles peuvent paraître bienveillantes, mais elles sont bien ironiques. Dans une nouvelle chanson satirique, l’artiste Grand Corps Malade, grand adepte du slam, s’est attaqué à Patrick Balkany, le sulfureux maire de Levallois impliqué dans de nombreuses affaires judiciaires.  

Invité de l’émission André Bercoff dans tous ses états sur Sud Radio ce lundi, l’élu altoséquanais a tenu à réagir. "On parle beaucoup moins de lui, il a moins de succès. Je crois qu’il va bientôt sortir un album, il a donc besoin d’un peu de promotion. Peut-être a-t-il pensé que j’étais un bon client pour qu’on parle de lui. Par contre, quand il est venu chanter à Levallois fin 2012 pour la modique somme de 14 700 euros, il n’a pas fait de commentaires désagréables sur le maire… Il a pris ses 15 000 euros et au revoir messieurs-dames !", a-t-il rappelé.

Patrick Balkany se réjouit néanmoins du soutien, selon lui, des habitants de sa ville. "J’ai vu les commentaires sur Facebook de Levalloisiens furieux, qui n’aiment pas beaucoup qu’on vienne attaquer leur maire, surtout quand on ne connaît pas Levallois. La prochaine fois, il reviendra chanter tranquillement, et j’espère qu’il le fera à l’œil, comme il l’a fait sur le marché !", lance-t-il.

Réécoutez en podcast toute l’émission André Bercoff dans tous ses états sur Sud Radio

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Michel Ange
- Mercredi 7 mars 2018 à 16:04
Je n'ai rien contre cette famille, mais je me pose une question. Si par hasard un quidam ordinaire comme vous et moi eût agi de la sorte, je crois bien que nous serions embastillés et nos biens saisis. Il est vrai que les hommes naissent libres et égaux en droit, seulement les politiques sont a priori plus égaux que la populace. (les animaux malades de la peste de jean de la Fontaine. Selon que vous serez puissant ou..................)
La cerise sur le gâteau c'est que l'on ne parle plus de l'ancien président du Conseil Général du 13, qui "bénéficie" de nombreuses mises en examen à son endroit.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio