Brigitte Lahaie Sud Radio

À propos de Brigitte Lahaie

Brigitte Lahaie ©Anthony Ghnassia

Les abus sexuels : pourquoi la société a du mal à prendre en considération l’importance des abus sexuels durant l’enfance et l’adolescence ? Faudrait-il mieux former les personnes en rapport avec les enfants ? Les parents ?

Retrouvez le podcast de l'émission.

Les invités

  • Violaine GUERIN, gynécologue et endocrinologue. Présidente de Stop aux Violences Sexuelles. Elle est l’auteur de « Comment guérir après des violences sexuelles ? » aux éditions Tanemirt.

prochain rendez-vous
Brigitte Lahaie ©Anthony Ghnassia
14H00 / 16H00
Brigitte Lahaie Sud Radio
Vos réactions sur cet article
sophie 31
- Lundi 16 avril 2018 à 14:32
Bonjour j ai eté violé par mon frere j avais 8 ans pendant 1 an et ma vie avec les hommes a eté fiasco.
Depuis 10 ans j ai 2 maladies auto immunes.
J ai eu quand mm une vie mais je ne lai jamais dit... j ai plus de 50 ans ...et j ai une fille et je ne veux pas qu elle soit au courant .. elle en mourrait .elle vit sa vie.. vous avez raison . On est a la longue d une vie tombé malade mais depuis oct l affaire whintein. Et mon pere etant dcd depuis peu. Mon frere ne me parle plus ..ma fille m a retorqué! Etrange .donc j ai zappé...
jean loup
- Lundi 16 avril 2018 à 17:21
Bonjour Brigitte , tout d'abord je tiens a vous dire que je vous apprécie beaucoup pour ce que vous faites, en vous écoutant depuis plusieurs années j'avance dans la compréhension des rapports femmes-hommes, bien sûr la sexualité, ainsi que sur le sujet d'aujourd'hui "les abus sexuels durant la petite enfance .
J'ai subit vers les 10 ans "d’attouchements par mon beau père (depuis je n’apprécie guère ce terme), pas de pénétration mais alors que j'étais en visite chez lui(parents divorcés) je dormais dans son lit il vint se frotter contre mes fesses en essayant de me pénétrer, heureusement j'avais réalisé qu'il se passait quelque chose d'anormal , je me suis enfui de la chambre pour me réfugier dans le salon. Ensuite "black out" , je vivais chez un autre "beau père", avec ma mère, elle avait du entendre dans mes mots d'enfants le traumatisme. J'avais enfoui au fond de ma mémoire ce phénomène, pendant plusieurs années je dirigeais mes compagnes dans le direction qu'il n'était pas obligatoire pour être une femme épanouie de créer un enfant , ce que je pense toujours et vous en êtes la preuve vivante , mais je sentais bien qu'il y avait quelque chose qui "clochait" dans mes relations. De ce fait du non hasard je vécu une très belle relation, quoique passionnelle, avec une jeune femme qui allait devenir psychologue clinicienne, elle me demanda un jour si je serais tenté de vivre l'aventure d'une analyse . Ce que je fît, belle rencontre avec moi même avec l'aide de mon psy école lacanienne , je précise car les voies un peu abruptes font sens pour moi comme la voie du zen que je pratique depuis 20 ans. Bref j'ai pu mettre à plat entre autre ce passage karmique. Depuis 9 ans j'ai rencontré ma compagne et sa famille qui est devenue mienne. Au début pas facile, j'avais l'impression de rencontrer un monde qui m'était jusqu'alors étranger. La fille de ma compagne est devenue maman d'une petite fille, j'avais dit a ma compagne et a sa fille lors de conversations ce que j'avais subit , un jour sa fille me demanda si je voulais bien changer les couches de sa fille. Je dis oui bien sûr sans hésitation mais vite je senti un sentiment de malaise , sa maman devant ma maladresse me disait comment faire et à un moment sa fille de deux ans me dit "Pilou c'est comme ça qu'il faut faire!". Merci à ce petit maître zen qui par cette petite phrase me permit de faire table rase des fantômes. Car malgré l'analyse il y avait encore ces images qui apparaissaient au détours de la pensée parce que avant l'analyse j'avais entendu par des "spécialistes" qu'à 80 % les personnes qui avaient subis ces violences les reproduisaient. D'où ma , désolé,longue lettre car même si il y a une part de vérité dans ce que disent ces personnes dont vous aussi Brigitte il faut se méfier des généralités on peut heureusement se sortir de ce poison de l'esprit en faisant un travail sur soi. Cela dit ces commentaires m'ont peut être aidés a marcher sur le chemin de la découverte de soi. Je ressens de la gratitude pour envers la pratique de zazen qui m'aide a aller au delà de.PS; Par mon autre beau père j'ai subit des traumatismes pas sexuels mais verbaux, quotidiens et sans minimiser les autres, je pense que ceux là font plus de mal par rapport à l'estime de soi. Merci Brigitte d'être bonne continuation pour votre émission. Cordialement Jean Loup

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio