Brigitte Lahaie

À propos de Brigitte Lahaie

Brigitte Lahaie ©Anthony Ghnassia

REDIFFUSION : Les méfaits de la pornographie sur les jeunes. Garçons et filles confondues. La pornographie des années 70 à nos jours, pourquoi cette escalade de la violence ? L’évolution de l’image de la femme dans la pornographie

Retrouvez le podcast de l'émission.

Les invités

  • Béatrice Copper Royer, psychologue clinicienne spécialisé dans l'enfance et l'adolescence. Elle est l'auteur de "Peur du loup, peur de tout" chez Albin Michel.

prochain rendez-vous
Vos réactions sur cet article
Protègelesjeu…
- Dimanche 12 août 2018 à 04:04
Sur les méfaits de la pornographie sur les jeunes , nous trouvons que Brigitte Lahaie n'est pas à sa place pour traiter de ce sujet .
Le gouvernement doit s' occuper sérieusement de ces dérives et punir pénalement à la source les auteurs de ce bizness , pour protéger les jeunes de ces méfaits et de leurs conséquences.
ABSTINENT ANONYME
- Mardi 14 août 2018 à 19:34
Bonjour Brigitte,

Comment savoir si la pornographie est bonne ou mauvaise pour les adolescent(e)s voire même pour les adultes si l’on considère que nombre de ceux-ci ou de celles-ci sont resté(e)s toujours mentalement des enfants et en particulier sur les questions sexuelles ? Faut-il à ce sujet croire à tout ce que racontent les sexologues et les psys surtout lorsqu’ils disent du mal de celle-ci ? Je crois que pour beaucoup de jeunes et de moins jeunes la pornographie est avant tout un divertissement agréable qui éventuellement peut aboutir à quelque chose de très bon pour eux sur le plan du plaisir sexuel. De plus que vaut-il mieux regarder pour se changer les idées quand la vie est un peu dure ou difficile à tout point de vue ? Les feuilletons policiers qui sont pleins d’agressivité, de violence, de tueries, de sang, etc. ou justement les vidéos pornos où les jeunes garçons peuvent y découvrir ce qu’ils ne peuvent pas concevoir autrement sans celles-ci au sujet de la beauté du corps féminin et du plaisir que celui-ci peut leur apporter ? La psychologue-sexologue de votre émission a été nulle alors que vous Brigitte comme à votre habitude avez eu du bon sens. Celle-ci pour l’abstinence sexuelle chez nombre de jeunes couples actuels l’explique par le fait que le mari auparavant regardait ou regarde toujours des vidéos pornos. Mais savez-vous Brigitte que pour ma part je suis toujours abstinent après plus de 45 ans de mariage non consommé dans la fidélité réciproque ? (Je m’étais d’ailleurs déjà exprimé sur votre forum à ce sujet autrefois mais m’en étais retiré par la suite pour des raisons de convenance personnelle.) Or ni ma femme ni moi n’avons jamais eu affaire à la pornographie avant notre mariage. Et que nous disaient alors les psys ou les sexologues au sujet de notre mariage toujours inconsommable ? À ma femme : « Il faut voir quelqu’un (un psy) ! » mais en réalité celle-ci n’a jamais été demandeuse de soins à ce sujet, voire même n‘en veut pas, ou encore ne persévère pas dans ceux-ci. À moi : « Il faut attendre ça se fera ! » Le problème c’est que même 45 ans plus tard j’attends toujours… Mais revenons au problème du mal ou du bien en matière de pornographie au moins pour les ados… À mon avis la psychologue-sexologue que vous avez fait venir à votre émission est aussi bien mal dans sa tête qu’en mal de fric… comme nombre de ses confrères sexologues ou psys… Et si elle met les problèmes de couple sur le compte de la pornographie des ados qui la regardaient autrefois ou des maris qui la regardent toujours c’est tout simplement parce que celle-ci est devenue ainsi un bon filon au point de vue fric à se faire sur le dos de ceux-ci voire des adultes pour les sexologues et les psys. En réalité comment prouver ou démontrer que la pornographie fait du mal aussi bien aux jeunes que même aux moins jeunes ? On ne le sait pas actuellement et on ne le saura sans doute jamais ! Mais pour mémoire rappelons-nous de ce que disaient même des médecins autrefois au sujet de la masturbation : « Ça peut rendre fou ! » Y croyez-vous ou pas ? et si je vous demande : « La pornographie est-ce que ça ne peut pas rendre fou ? » comment allez-vous répondre à cette question et avec quel sexologue ou psy ?

Bien cordialement à vous,

ABSTINENT ANONYME

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio