Arnaud Gagnoud, un comédien et son ami ont été victime d’une agression homophobe mardi soir près d’un théâtre du XXe arrondissement de Paris. Le comédien a décidé de porter plainte et de partager une photo de son visage tuméfié sur Facebook et Instagram. Pour dénoncer ces actes, Patrick Roger et Cécile de Ménibus recevaient Arnaud Boisseau, porte-parole de Stop Homophobie dans le Grand Matin sur Sud Radio

Dans un message accompagnant la photo de son visage tuméfié, Arnaud Gagnoud revient sur l’agression qui s’est déroulée près d’un théâtre du XXe arrondissement de Paris. Arnaud Gagnoud et son ami viennent d’assister au spectacle « d’une amie et collègue ». Alors qu’ils l’attendent après le spectacle, « Nous avons eu le malheur, en discutant, de nous serrer dans les bras. Un câlin. Juste un câlin. Il était 22h00 », écrit le jeune homme. Un groupe de trois jeunes, postés à une vingtaine de mètres, les observait. « Ils nous ont interpellés. Comme nous les avons ignorés, ils se sont rapprochés ». Et dans « un flot d'insultes homophobes », le couple a été sommé de quitter les lieux. « Ils exigeaient que nous quittions "leur quartier" où "y a pas de PD ici". Comme nous avons refusé de partir, les insultes sont devenues plus graves, plus haineuses. Puis un quatrième les a rejoints. Un gamin qui paraît avoir douze ans. Et c'est lui qui a appelé des renforts », explique Arnaud, « un scooter avec notre cinquième et sixième agresseurs. » Mais, en dépit des injures, « bousculades et menaces », les deux hommes n'ont pas cédé, jusqu'à que « Le chauffeur du scooter détache son casque, le retire, et me frappe avec. Deux coups portés à la tête », poursuit Arnaud. « Tout va très vite. » Des spectateurs du théâtre portent alors secours au couple et le mettent à l’abri. Arnaud Gagnoud est victime d’un « traumatisme facial, avec ecchymose et œdème pré orbitaire. sept points de suture et plusieurs jours d’ITT ». Son ami n’a pas été agressé physiquement. Et Arnaud Gagnoud de conclure : « Nous avons fait le choix de partager cette photo et notre histoire. Nous avons fait le choix de porter plainte. Pour que ces violences cessent enfin, même si nous ne nous faisons pas d’illusions. "

Depuis la photo a été relayée des milliers de fois. Dans le Grand Matin sur Sud Radio, Arnaud Boisseau évoque une recrudescence des agressions homophobes que ce soit à Paris ou en province avec plus de 200 plaintes recueillies en deux mois. Le porte-parole donne son sentiment le buzz de cette photo : « Je pense que si elle fait le buzz sur les réseaux sociaux, c’est parce que le comédien dit qu’il savait que ça allait lui arriver mais pas quand. Il exprime le sentiment d’insécurité de la communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres). On sait qu’aujourd’hui, le simple fait de faire un câlin à une personne dans la rue l’expose à une agression. Les gens se reconnaissent dans ce qui s’est passé. "

Les coupables sont-ils condamnés ? demande Patrick Roger. « La plupart de ces plaintes finissent classées sans suite. Il faut vraiment que les associations s’en mêlent et accompagnent les victimes pour qu’elles aboutissent à une condamnation. Nous faisons notre possible mais il n’y a pas forcément de succès derrière auprès des tribunaux » dénonce Arnaud Boisseau.

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio