Île-de-France : les élus Républicains poussent Thierry Solère à la démission

Thierry Solère (©JACQUES DEMARTHON - AFP)
Thierry Solère (©JACQUES DEMARTHON - AFP)

Alors qu’il avait appelé cette semaine sa famille politique à répondre à la main tendue par Emmanuel Macron, Thierry Solère a été contraint par ses pairs à la démission de la présidence du groupe LR au conseil régional.

La zone de turbulences continue pour le parti Les Républicains. Placé dans une situation compliquée suite à la victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle et à l’intégration de certaines personnalités de droite dans son gouvernement (Édouard Philippe, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, notamment), le parti doit désormais faire face à un risque d’explosion interne, alors que les législatives approchent à grands pas. Un climat tendu qui ne risque pas de s’apaiser dans les semaines qui arrivent…

Thierry Solère puni pour son "soutien" à Emmanuel Macron ?

Figure incontournable du parti il y a encore quelques mois suite à son rôle de président du comité d’organisation de la primaire de la droite, Thierry Solère commence à faire les frais de ce climat. Ainsi, selon les informations de RTL, confirmées par l’AFP, ce dernier a été contraint par ses propres camarades politiques de démissionner de la présidence du groupe LR au Conseil régional d'Île-de-France. "Il apparaît que les responsabilités extérieures (présidence du comité d’organisation de la primaire de la droite et du centre, porte-parolat de notre candidat à la présidentielle) que tu as eues à exercer au cours de ton mandat de président ne t’ont pas permis de consacrer tout le temps nécessaire à l’exercice de ta fonction à la tête du groupe Les Républicains à la Région", indiquent ces élus dans une lettre adressée à Thierry Solère.

En coulisses néanmoins, les motivations seraient quelque peu différentes. La participation de Thierry Solère à l’appel signé cette semaine par 24 personnalités LR et UDI à répondre à la main tendue par Emmanuel Macron n’aurait en effet pas été très bien perçue par certains élus de droite… Le député sortant va donc désormais se concentrer sur sa campagne législative, où il reste investi dans les Hauts-de-Seine. L’un des vice-présidents de la région, Othman Nasrou, assure, lui, l’intérim en attendant une prochaine nouvelle élection.

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article
Vous devez être connecté pour réagir
Les rubriques Sudradio