L'interview politique

David Assouline : "E. Macron essaie de ratisser dans tous les sens"


Par Jérémy Jeantet
Publié le 17/02/2017  à 08:55

Le sénateur PS de Paris, chargé de la cellule arguments et ripostes dans la campagne de Benoît Hamon, est revenu sur les deux polémiques engendrées par Emmanuel Macron, jeudi. Pour lui, c'est le fruit de son positionnement "ni droite ni gauche".

 

David Assouline, sénateur PS de Paris, chargé de la cellule arguments et ripostes dans la campagne de Benoît Hamon, sur le plateau de Territoires d'Infos, sur Sud Radio et Public Sénat
Capture d'écran
David Assouline, sénateur PS de Paris, chargé de la cellule arguments et ripostes dans la campagne de Benoît Hamon, sur le plateau de Territoires d'Infos, sur Sud Radio et Public Sénat

Outre les rebondissements juridiques de l'affaire Fillon, la journée de jeudi a été marquée par les déclarations polémiques d'Emmanuel Macron, qualifiant la colonisation de "crime contre l'Humanité" et estimant que l'exécutif avait "humilié" les membres de la Manif pour Tous pendant le débat autour du mariage homosexuel.

Invité de l'émission Territoires d'Infos dans le Grand Matin Sud Radio et sur Public Sénat, David Assouline, sénateur PS de Paris et chargé de la cellule Arguments et riposte dans la campagne de Benoît Hamon, est revenu sur ces polémiques.

"C’est la conséquence du ni droite ni gauche, a-t-il expliqué. C’est finalement et gauche et droite et c’est contradictoire, bien entendu. Il y a des clarifications à faire, j’espère que la campagne va servir à ça. On ne pourra pas dire tout et son contraire."

"Il faut avoir une cohérence et des convictions profondes"

Pour lui, ces déclarations font "très électoralistes" : "Il parlait à ce qu’il croit être une clientèle électorale. À Paris, il dit autre chose à une autre clientèle. Le ni droite ni gauche, c’est essayer de ratisser dans tous les sens. Il faut avoir une cohérence, des convictions profondes."

David Assouline a également indiqué que "ce n'est pas juste" de parler d'humiliation à l'encontre de la Manif pour Tous : "J’ai plutôt vécu, pendant de nombreux mois, l’humiliation faite aux homosexuels dans notre pays. Quand vous avez des millions de personnes qui manifestent, avec des dérapages même dans l’hémicycle, ce qu’on a fait avec Mme Taubira, avec des insultes de singe. Elle était là l’humiliation et il préfère parler d’humiliation pour ceux qui manifestaient avec parfois des dérapages et des insultes. Est-ce qu’on vivait dans le même pays à cette époque ?"

"Hamon a su poser les questions qu'il fallait poser à la société"

Engagé dans la campagne de Benoît Hamon, David Assouline voit "une dynamique" favorable au vainqueur de la primaire de la gauche : "C’est la plus grosse progression en un mois. Les intentions de vote, pendant la primaire, on donnait les finalistes entre 7 et 8 % et aujourd’hui, il y a une stabilisation autour de 15 %."

D'après lui, cela est dû au discours de Benoît Hamon, qui a su "poser les questions qu'il fallait poser à la société", notamment celle autour de l'avenir du travail, sur laquelle "les jeunes ont considéré qu'on parlait vraiment de leur vie et de ce qu'ils vivaient déjà aujourd'hui".

à lire aussi
Vos réactions
(Mentions légales, cliquez-ici)
Mot de passe oublié ?
Brigitte Lahaie
Le grand référendum
Avez-vous confiance en nos produits agricoles ?
Oui
Non

Seul contre tous
L'entreprise est devenue un enfer !
D'accord
Pas d'accord


LES DERNIERS PODCASTS

Liens partenaires Sud Radio